PAGE D'ACCUEIL
SOMMAIRE DU SITE
INDEX ET TABLE DES MATIERES
SOMMAIRE DES ARTISTES ET EDITEURS
SOMMAIRE ERGON
SOMMAIRE ERGON-EDITEUR
SOMMAIRE CARTES POSTALES
SOMMAIRE PAGES DIVERSES
SOMMAIRE ACTUALITES
TARIF ERGON ET ERGON-EDITTEUR
 
PAGE PRECEDENTE
SOMMAIRE LETTRE ERGON
PAGE SUIVANTE
 
 
RGON
 
®.gon.34
 
Numéro d'AVRIL 2005
© la lettre d'information d'ergon-editeur.fr et artistes associés ©
 
HTMel à parution irrégulière, consacré à la peinture d'Ergon et éventuellement celle des autres, aux arts plastiques et graphiques, à l'art postal et à la carte postale moderne d'illustrateurs - tous les numéros d'®.gon sont disponibles sur le site ergon-editeur.fr.

Pour l'impression du texte l'utilisation du format portrait est suffisante. En fonction du navigateur, il faut dans certains cas utiliser le format paysage pour pouvoir imprimer toutes les images.
 
SOMMAIRE
 
SOMMAIRE
ÉDITORIAL
 
PH 1828
© ERGON
Gogue en stock
 
Au secours, la peinture revient !
 
Vous avez bien lu, la peinture, bien que morte depuis belle lurette revient, oui revient, sans doute de loin puisqu'elle en a mis du temps pour revenir. Comme le Christ qui lui-même, également mort, est revenu, faut dire au bout de trois jours seulement, lui, pour quand même nous quitter définitivement, quelques semaines plus tard. Comme son papa chéri d'ailleurs, qui se fait appeler Dieu, qui était mort depuis des lustres, et qui revient au grand galop avec tous ses avatars, aux quatre coins d'une galaxie d'un univers en pleine expansion. C'est galère tous ces retours de défunts à tous bouts de champs. Eh ! la peinture, si c'est pour repartir avant la fin de l'année, c'est pas la peine de repointer ton nez. On avait réussi à faire ton deuil, et sans intervention d'une cellule psychologique créée spécialement pour l'occasion. Dire qu'on va probablement recommencer à pleurer dans quelques mois, quand tu nous auras une fois de plus brisé le cœur en nous quittant sur injonction des gens qui savent quand tu dois mourir ou bien ressusciter.
Au fait, c'est qui ces gens qui te ressuscitent à l'insu de notre plein gré ? Ce sont les grands collectionneurs devant l'Éternel, ceux qui ont beaucoup d'argent dont ils ne savent tellement pas que faire qu'ils n'ont pas même pensé le donner aux pauvres, et qui font la pluie et le beau temps sur le marché de l'art contemporain. Ça les amuse de changer d'avis en fonction de leur humeur du jour. C'est un peu comme dans les hypermarchés, en janvier c'est le mois du blanc, en août celui des fournitures scolaires et en décembre celui des cadeaux de Noël au balcon. Donc cette année c'est décidé, c'est le retour de la peinture, bien que sérieusement morte et vouée aux gémonies. Et des conservateurs de musées d'art contemporain d'approuver d'une foulée plus qu'alerte la nouvelle tendance ; on va quand même pas contrarier les grands collectionneurs qui arrosent nos musées de leur savoir si chèrement aquis.
Oh ! la peinture, tu es vraiment sûre de vouloir revenir, tu n'as pas assez semé la merde en disparaissant sans notre accord ? Prends garde ! Si tu nous quittes encore, c'est sûr on t'en voudra à mort !
SOMMAIRE
LES PENSÉES PROFONDES
 
 
"Il faudra que les travailleurs français acceptent des salaires de chinois pour que nos entreprises restent compétitives." - José SCHRUOFFENEGER (maire de Moosch)

"La peinture, c'est rien qu'un truc qu'on fixe au mur avec un clou. Rembrandt est rien sans un clou." - ANONYME

"Je ne travaille pas, je peins." - Paul REBEYROLLE (artiste peintre)
 
SOMMAIRE
ACTUALITÉS
 
 
Suite à une tardive révélation dans un rêve prémonitoire, l'artiste Ergon a décidé d'arrêter la peinture pour la voyance extra-lucide. À partir de maintenant il désire que vous l'appeliez MONSIEUR IRMO !
MONSIEUR IRMO - VOYANTE EXTRA-LUCIDE - 7 rue de Vendée - F 68800 VIEUX-THANN - Tél. : 00.33.(0)3.89.37.25.74 - Mel : monsieur-irmo@irmo.info - Site : http://www.monsieur-irmo.info - Prix de la consultation électronique : 30€

D'après la littérature officielle du ministère de la culture et de la communication (La lettre d'information n°123), notre ministre à nous vient d'installer ses collaborateurs dans leurs nouveaux bureaux au centre de Paris. Il parait que la grille blanche qui décore les murs extérieurs des bâtiments aurait été "Réalisée sur ordinateur à partir d'un motif issu d'une œuvre de la Renaissance ornant le Palais du Té à Mantoue, la résille unifie du même coup non seulement les deux immeubles concernés, mais aussi les services du ministère éparpillés auparavant sur une dizaine de sites dans Paris". C'est à se demander pourquoi le ministre a fait autant de frais pour construire des bâtiments dans une des zones les plus chères de la capitale, alors que la conception de la résille à elle seule suffisait à régler le problème de la dispersion des services aux service de la communication et de la culture.
 
Jean-Philippe PORCHEROT à exposé, du 29 mars au 2 avril, ses illustrations et peintures dans le cadre du SALAISE BLUES FESTIVAL de la médiathèque de F 38150 SALAISE-SUR-SANNE.

L'association Internationale des Amis de Tomy Ungerer - BP 12 Cathédrale - F 67060 STRASBOURG CEDEX une lettre bimestrielle électronique. Pour recevoir les informations par internet, envoyer un mel à jean.willer@wanadoo.fr ou Robert.Walter@wanadoo.fr
 
SOMMAIRE
COURRIER DES LECTEURS
 
 
Bonjour. C'est avec un plaisir profond et un soulagement intense que j'ai accueilli la naissance inespérée du N° Er-33-Gon. Après tout, peu importe qu'il soit mensuel, trimestriel, démentiel ou quinquennal, l'important c'est qu'il nous abreuve de temps à autres de quelques bonnes pensées et opinions sur tout et sur le reste avec quelques zestes d'humour et de subtile insolence. Bigre, la dernière fois que j'ai écrit des trucs comme ça, c'était pour l'écrit du Bac en 75. C'est la seule bonne note que j'ai eue dans toute l'année d'ailleurs car comme je dessinais ou que je lisais des bouquins de moto pendant les cours de français, ma moyenne oscillait plutôt entre 5 et 8 en général. Je crois que la prof a frôlé l'infarctus en apprenant que j'avais décroché un 17.5 à l'examen. Problème de méthode, peut être ! Le problème se posait aussi en histoire-géo puisque je m'étais fait virer d'un cours pour avoir demandé si, à l'époque des Wisigoths, les habitants de Berlin s'appelaient les Berlingoths. Je n'ai plus jamais posé aucune question voyant que ma curiosité naissante ne suscitait que mépris. Merci pour l'annonce de mes nouvelles cartes postales. 2 autres vont arriver très bientôt, toujours chez CPE dont je suis très satisfait. Encore des vieilles motos ! ? Pas tout à fait car il y a un cycle-car, engin bizarroïde à 3 roues. J'ai fait ce dessin comme cadeau de Noël pour la femme d'un copain qui possède ledit engin pour de vrai. Je vous joins les 2 images. Pour en revenir à la lettre 33, il est vrai que cela doit demander... un certain temps, comme disait Fernand. On vous pardonne, mon brave, continuez ! À bientôt - Marc VOLLARD

Après avoir travaillé depuis quatre heures sur mon ordinateur, je m'apprêtais, avant de dîner et d'aller me coucher à t'envoyer une meuf... à la seule bagnole, avant de l'éteindre... l'ordinateur... en me disant : "de tout façon, ce soir, il n'y a rien de bien comme programme"... et voilà t-y pas... que ça tousse, et que ça dit 33, 33, comme chez le toubib... et comme moi les toubibs, ça me cause... j'ai l'habitude... aussitôt je regarde qu'est ce qui toque comme ça dans l'Outlook... et qu'est-ce que je vois : la lettre 33 elle-même ! Celle qu'on n'attendait plus...! Normal, après tout, qu'on ne l'attende plus... L'alphabet n'en contient bien que 26, lui, de lettres, et ça ne l'empêche pas d'être célèbre... Et puis il ne faut pas compter sur lui pour qu'il nous en donne d'avantage... Allez, comptez bien, même si on rajoute les trémas, les accents aigus, les graves et les circonflexes... on dépasse pas la trentaine... donc pour l'instant Ergon est meilleur que l'Alphabet... et rattrape Jésus Christ... Quelle aventure, quelle épopée, que dis-je... quelle odyssée... Troie, peut bien aller se rhabiller, puisqu'on en est déjà à Trente Troie ! ...Ça restera mon premier et seul commentaire pour ce soir... car une 33... on prend le temps de la déguster...! Allez, bon appétit et bonne nuit. Je t'envoie quand même ma meuf à la bagnole... avec une moto ça aurait été la meuf à la meule ! PBL

Monsieur Ergon, vous étiez tellement content de votre sourire de chiotte que vous envoyez votre non moins attendue photo du jour Le sourire près des toilettes plusieurs fois par jour ? - Michel.K

ATTENTION IMPOSTURE !
Si un certain Ergon vous invite à consulter un site selon lequel il se serait soit-disant reconverti dans la voyance, ne le croyez pas... c'est une IMPOSTURE ! Circulez il n'y a rien à voir : c'est un site pour non voyants et non francophones, comme le prouve la réponse ci-jointe... lorsqu'on lance http://www.monsieur-irmo.info. "Désolé, aucun document ne correspond aux termes de votre recherche dans le Web Francophone. Nous vous conseillons de vérifier l'orthographe des mots ou reformuler votre recherche et consulter les réponses du Web Mondial ou du Guide du Web."
Et puis quoi encore ! Quelle honte d'abuser ainsi du "bon peuple"... alors qu'on a déjà été privé depuis plus de trois jours, de marche à pied, de lettre 33, de chauffage, et même d'électricité... et maintenant un message pour non voyants ! Il y a des moments où la coupe est pleine et où la soupe déborde... c'était d'ailleurs le cas... il y a cinq minutes !! - A+

J'ai bien aimé le texte de Patrick sur Victor Noir. Sais-tu que j'avais placé une scène dans ce site dans une BD érotique que j'ai faite en 1989 (jamais éditée, sauf quelques extraits, deux fois 16 cartes je crois, sous forme de CP par Courset). Charles Berg
 
SOMMAIRE
FOIRE AUX QUESTIONS
 
 
Où peut-on aller admirer l'urinoir présenté dans cette lettre ?
 
Étant donné son installation permanente dans les toilettes hommes de la salle polyvalente de F 68250 ROUFFACH et non pas dans une salle d'un musée d'art contemporain, cet uniroir n'a pas vocation en tant que tel, à entrer dans le champs de l'art, ce qui ne vous empèche d'aucune façon d'aller le contempler dans son lieu d'aisance.

Qui est A+ ?
 
Assurément quelqu'un qui a peur d'assumer ses courriers délateurs, n'est-ce pas monsieur B... également connu sous le pseudonyme de P... Avis à nos lecteurs : c'est la dernière fois que nous passons dans nos colonnes un courrier anonyme s'il n'est pas signé !

C'est quoi un pléonasme ?
 

C'est par exemple quand on dit marche à pied.


Nos lecteurs apprécient-ils les humeurs de Patriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiick ?
 

D'après notre courrier des lecteurs, assurément oui, mais il paraîtrait que le rédac-chef aurait tendance à être de mauvaise humeur à cause des humeurs changeantes du chroniqueur.


C'est quoi les gémonies ?
 
D'après notre dictionnaire préféré, le terme gémonies vient du latin gemoniae scalae qui signifie en français escalier des gémissements. On utilise encore aujourd'hui, bien que malheureusement trop rarement dans les banlieues les plus torides, la jolie expression vouer quelqu'un aux gémonies, qui signifie le traiter avec un mépris extrême, l'humilier publiquement, ce qui a été, depuis l'apparition des urinoirs dans la sphère de l'art, et est probablement toujours le sort peu enviable de la peinture. Notez que nous n'avons, surtout en tant que mecs, rien contre l'installation d'urinoirs dans les lieux publics, c'est utile, même dans les musées.

L'humeur du jour du n°33 est-elle excellente ?
 
C'est difficile à dire pour le moment puisqu'une seule personne a jusqu'à présent manifestée son enthousiasme débordant ("J'ai bien aimé le texte de Patrick sur Victor Noir") pour cette humeur Noir.
 
SOMMAIRE
DROIT DE RÉPONSE
 
 
PATRICK BLANCHARD
 
LETTRE OUVERTE AUX LECTEURS DE LA LETTRE D'ERGON*
 
Chers lecteurs, vous lisez ce que vous lisez, mais vous ignorez ce qui se trame derrière votre dos et celui des fidèles rédacteurs d'une lettre qui vous est chère... même si elle est gratuite...
Aussi, dans le cadre d'un droit de réponse que j'adresse au Rédacteur en Couvre-chef de la Lettre d'Ergon... puisqu'il porte désormais la Casquette à défaut de porter le Chapeau, comme en témoignent ses dernières créations jazzistiques, voici le témoignage d'un membre viril... (c'est le Rédac Chef qui le laisse entendre... et c'est rare qu'il fasse des compliments), de la Rédaction.
Voici ce qu'Ergon a osé m'écrire, à moi PBL, personnellement... un jour à peine... après la parution de sa lettre à parution très irrégulière... tout au moins... depuis quelques mois. Je cite :
 
"Monsieur le chroniqueur... Vous remarquerez que j'ai dit chroniqueur...
Alors elle vient cette chronique du mois ?!!"
 
Oh...Et...Un...Hun...Hein ? Bon... ! On se calme le Rédac CHEF...
Vas y molo Attila, n'oublies pas que Lutèce a résisté grâce à la résistance de Sainte Geneviève...
On va quand même pas tous faire comme l'autre béni oui-oui de Primate des Gaules, le Ray Taug, là : "oui chef, bien chef, merci chef, mes excuses, chef, vous avez raison chef, je ne suis qu'un humble chef, merci chef"... non, mais... d'abord on a retrouvé d'où qu'il venait celui-là, j'ai rien lu là-dessus, dans la dernière lettre, on a perdu sa trace à l'homme de croc mignon ?
...
...trois anges passent
...
...donc, après m'être moi-même calmé, je vous prie de trouver, ci-joint, monsieur l'Ergon, ma réponse à votre requête... (vous remarquerez que je n'ai pas écrit, moi, "grosse requête")...
Monsieur, l'ERGON, Rédac-chef de la 33ème lettre de l'alpha-bêta-oméga 33, paraît-il le meilleur pour la santé, selon le régime Crées-TOI...
C'est pas la peine d'employer des SUPERLATIFS pour flatter le bas monde !
La LETTRE, puisqu'elle a de beaux jours devant elle... n'en est QUAND MÊME PAS, après plusieurs mois d'absence... à... UN Jour Près...
Ce qui est RARE... est CHER... Cher Rédacteur en chair... et Le Temps, je ne vous l'apprendrai pas... c'est de l'Argent !
JE VOUS SOUHAITE DU BON TEMPS !
 
PBL
 
* c'est vraiment pour être sympa avec notre collaborateur que nous avons décidé d'inserer cette lettre ouverte dans les pages de notre propre lettre (note de la rédaction, enfin du chef de la rédaction)
 
SOMMAIRE
AVERTISSEMENTS
 
 
Le chef de la rédaction de la lettre tient à...
 
...avertir les lecteurs que si l'article si dessous intitulé l'humeur d'un jour apparaît avec la seule image de PATRICK BLANCHARD sans aucun texte pour l'agrémenter, cela signifierait que notre collaborateur PATRICK BLANCHARD aura failli à tous ses engagement envers la direction de la lettre en n'envoyant pas le texte qu'il s'était engagé à faire parvenir au moins une fois par mois à la rédaction, vous privant ainsi de sa prose mensuelle bien que la lettre n'ait pas paru pendant plusieurs mois, ce qui n'est pas une excuse pour ne rien faire, n'est-ce pas monsieur PATRICK BLANCHARD !
...avertir monsieur PATRICK BLANCHARD que s'il n'a pas travaillé pour remplir l'espace qui lui est concédé dans les lettres 34, 35, 36..., il sera mis à la retraite anticipée sans aucune indemnité dès le numéro 35 sauf si...
Monsieur PATRICK BLANCHARD voudriez-vous être assez aimable pour immédiatement passer à mon bureau pour une petite mise aux poings, sinon nous serions dans l'obligation de nous séparer de notre cher collaborateur, monsieur PATRICK BLANCHARD . Donc c'est vous qui voyez !
 
Le Rédac-Chef
 
SOMMAIRE
L'HUMEUR D'UN JOUR
 
 
PATRICK BLANCHARD
 
Chers lecteurs, une photographie de Patrick Blanchard c'est un peu court, vous ne trouvez pas ? Imaginez l'humeur du jour du rédac-chef !
 
Heureusement après de nombreuses relance auprès de notre dévoué collaborateur, nous sommes en mesure de vous présenter :
 
SOMMAIRE
L'HUMEUR D'UN AUTRE JOUR
 
 
PATRICK BLANCHARD
 
Mercredi 30 mars 2005
 
Printemps… Tendances et Air du Temps…
 
Tous les ans c'est la même chose, au même moment, quand le printemps arrive ou fait mine d'arriver, qu'il soit en avance ou qu'il soit en retard.
 
Tous les ans.
 
On retrouve les mêmes couvertures de magazine, les mêmes publicités, les mêmes slogans… Tout à l'identique, avec les mêmes couleurs qu'on ressort d'une année sur l'autre, un peu plus vives une année, un peu plus acidulées l'autre, juste pour donner l'impression que ça change et pour faire, comme on dit dans le langage de la pub, devenu, hélas, notre langage courant : "tendance"… Voilà, quand on a dit "tendance" on a tout dit et pourtant… Ce sont bien les mêmes régimes qui refleurissent chaque année, les mêmes articles de jardinage, forcément, qui s'étalent dans toutes les vitrines, dans les quincailleries, normal, mais aussi dans les charcuteries, les boulangeries et même chez les libraires et les coiffeurs… Parce que, pendant un mois, faut que ça soit le Printemps, partout, des fois qu'on s'en serait pas rendu compte… comme l'an passé et comme l'année d'avant… et comme l'année d'avant… encore. Vous me direz, c'est normal, puisque tous les ans, à la même époque… c'est l'Printemps…
 
Je vous imagine déjà, lecteur attentif, en train de vous dire : "le Blanchard", il va quand même pas nous refaire le coup du Printemps… Il nous l'a déjà fait l'an passé… Il a trouvé le filon, celui-là, le Printemps en mars-avril, les festivals l'été, et les cimetières à la Toussaint !
 
Un marronnier ça s'appelle, le sujet bateau qu'on ressort à date fixe ou plus ou moins régulière, parce que c'est récurrent et que ça revient "tout le temps"… Vous savez les articles du style… "Le salaire des cadres", "Le salaire des fonctionnaires", "Le pouvoir des francs-maçons", "Les français et l'Islam", "Les 50 plus grandes fortunes de France", "Le régime pour perdre 4, 5, 6 kilos en une semaine"… "Le régime pour ne pas reprendre les 4, 5, 6 kilos que avez perdus en une semaine"… Voilà, c'est ça les marronniers, mais là, comme c'est le Printemps, les marronniers commencent à fleurir… alors, on rajeunit les formules, et les "journaleux" enfourchent la fleur au fusil, le nouveau cheval de bataille… très "tendance", ces temps-ci : "L'Écologie Bobo"… et ça vous donne des titres du style : "Printemps… Le retour des allergies", "La carte des pollens de France", "Les 50 pollens les plus nocifs de France"… Bref, un marronnier ça ne fait pas le Printemps… mais pour les abatteurs d'arbre… ça y contribue.
 
Parce que vous remarquerez, dès qu'il y a du bonheur, dès qu'il y a de la joie, dès qu'il y a de l'insouciance… en même temps qu'on nous dit "allez-y, laissez-vous aller, laissez vous vivre", il faut, immédiatement, qu'on vous culpabilise ou qu'on vous inquiète, bref, qu'on vous conditionne… comme si ça n'allait pas durer. "Cours-y vite, cours-y vite, le bonheur est dans le pré"… et, là, dès que vous y êtes, dans le pré, voilà que vous vous chopez "LE" rhume des foins… Normal, vous n'aviez pas pris avec vous "La carte des pollens de France"… À peine quitté le boulot, que vous êtes rattrapé par le bouleau…
 
Et pourtant, vous ne pouvez pas dire que les journaux ne vous avaient pas prévenus… que vous n'étiez pas au courant… "d'air du temps et d'endroit" où il fallait aller pour le week-end Pascal… C'est incroyable, cela. Ce qui était tendance, à Pâques, c'était de partir… au Pôle Nord… C'est vrai, vous l'aviez lu, et en plus… il y avait plein de promotions : "Le week-end en Laponie, à traîneau et à petit prix"… Oui, mais voilà, votre belle sœur… c'est en Normandie qu'elle habite et c'était prévu, depuis Noël, la Normandie, même que vous deviez aller sur la tombe de la grand-mère, après la messe et avant le vin d'honneur de la mairie qui fêtait ses deux centenaires, parce qu'il y en a deux, maintenant, dans le village, des centenaires… Alors… la Laponie…
 
C'est comme le chroniqueur, vous n'imaginez pas ce que c'est que la vie d'un chroniqueur, il aurait finalement fallu que je parte, moi, en Laponie pour vous apporter du neuf, de l'évasion… alors que là, je fais rien que vous ressortir du vieux…
 
Bon allez, je vais faire comme si c'était pas le Printemps, comme si Pâques était déjà derrière nous, ce qui est d'ailleurs le cas… Vous avez remarqué, à propos, ce qui était "tendance", cette année, dans les vitrines, à Pâques ? Les poussins… Enfin, je ne sais pas chez vous, mais moi, dans mon Paris XXème, il y en avait partout. Adieu poules, œufs, vieilles cloches… Cette année, ce qu'il fallait offrir c'était des poussins… Il y en avait même des frais à la vitrine… du libraire… C'est tellement mignon un poussin, hein, mon "poussin"… Ça doit être les Césars, ça, et "l'effet Moreau" dans le film "Quand la mer monte"… Très bien le Poussin, dans le film, avec la Yolande Moreau qui joue très bien les "mères" poule…
 
Mais où il va, là, le chroniqueur… Il commence par nous parler du Printemps, puis des marronniers, puis des poussins et voilà que maintenant il nous la joue "chronique de cinéma"… avec des ellipses en plus, il se la joue Télérama… tu sais… le genre de critique où tu es obligé d'aller voir le film pour comprendre l'article…
 
Et oui, où il va ? On se le demande… Et il se le demande lui-même… Et d'abord, qu'est qu'on lui demande, au chroniqueur dans sa chronique régulière… Hein, je vous le demande ?
 
Et ben, voilà, quand on vous le demande, vous ne répondez pas.
 
Bon, puisque c'est comme ça, je vais demander à la rédaction de faire un sondage exclusif auprès d'un panel représentatif de ses lecteurs pour qu'on réponde à la question "Quelle chronique le chroniqueur doit-il faire à l'avenir"… Comme ça, au moins, le chroniqueur il aura des idées et il pourra dire s'il est d'accord ou pas avec vos idées… à vous… parce que là… des idées, au moment de boucler l'article… il n'en a pas forcément comme ça au pied presque levé, le chroniqueur…
 
Alors il meuble, il meuble…
 
Ce qui est tendance au niveau meuble, mais ça, ça fait déjà plusieurs années… je me tue à vous le dire, qu'il n'y a rien de nouveau… c'est le modulable… Le modulable, ajustable, repositionnable, et surtout… "à monter soi même"… Du coup, le marchand de meubles n'est plus un marchand de meubles mais le gérant d'une usine de pièces détachées…
 
En principe le prix des meubles devrait baisser puisque c'est plus des meubles, qu'on vous vend, juste des éléments, selon vos besoins que vous allez ensuite pouvoir passer des heures à monter et remonter vous-même, à votre guise… Vous vous rendez compte du progrès ! Tout ça, c'est paraît-il… parce que "les Français sont de plus en plus bricoleurs"… Tous les sondages vous le diront, et il parait qu'ils aiment aussi de plus en plus le jardinage, les Français… Vous me direz, en cette saison, c'est normal… c'est le Printemps !
 
Le goût des français pour le bricolage et le jardinage, en fait, ça serait relativement récent et, d'après les sondages, toujours eux, ça serait dû à… "l'effet 35 heures".
 
Comme ils ont plus de temps libre, les Français, ils passent leur temps à faire le boulot des marchands de meubles… qui eux, pour répondre à leurs besoins, détaillent de plus en plus leurs meubles, d'autant qu'ils les font faire à l'étranger et comme en France, l'espérance de vie ne cesse d'augmenter, tous les sondages vous le diront, les marchands de meubles en profitent pour augmenter leur marge en continuant à multiplier les éléments qu'on met de plus en plus de temps à monter… D'ailleurs, maintenant, et c'est très "tendance", les marchands de meuble vendent en plus des boites… pour pouvoir ranger tous les éléments qu'on n'est pas arrivé à remonter… C'est très joli et très décoratif, les boîtes, et ce printemps, ils ont en sorti des nouvelles, avec des couleurs "tendance"... poussin, avec les coussins assortis… Elle est pas belle la vie, dès qu'arrive le Printemps…
 
Pour ce qui de l'espérance de vie, c'est sûr, on vit de plus en plus longtemps… C'est bien simple, en deux ans on a gagné 10 mois de vie en plus… C'est, paraît-il… enfin, c'est les sondages qui le disent : "l'effet canicule". Les jeunes feraient, soit-disant, plus attention à leurs "aînés". On ne dit plus les vieux, on dit les seniors ou les aînés, c'est plus "tendance" et les vieux, eux, pas cons, ils ont eu tellement la trouille, que désormais ils ne font plus rien… donc normal, ils vivent plus longtemps. Ils vont pas monter des meubles, à leur âge. Leurs meubles à eux, les vieux, c'étaient des vrais meubles et ils mourront dedans, alors, pour être juste quand même un tout petit peu "tendance", eux aussi, ils se contentent juste d'arroser leurs plantes… comme ça ils participent au grand mouvement annoncé dans tous les journaux : "Le retour du jardinage"…
 
D'ailleurs, vaut mieux qu'ils les arrosent eux même, leurs plantes, les vieux… parce que lorsqu'ils seront plus là… c'est pas demain la veille qu'on viendra leur en apporter des plantes… Cf. à ce sujet l'excellente chronique du précédent numéro (33, comme on dit chez le docteur).
 
Voilà, on vit une époque formidable. Grâce aux sondages on est tout de suite dans l'air du temps et au courant des évolutions… On sait désormais tout sur les effets : "l'effet… 35 heures", "l'effet… canicule", "l'effet… papy boom"… Ça en fait des effets, tout ça…
 
Ça fait peut-être des effets mais ça ne me dit toujours pas quel sera le sujet de ma prochaine chronique puisque celle-ci est désormais bouclée…
 
Alors, je compte sur vous pour ne pas "la boucler" et répondre au sondage très "tendance" que va nous concocter la rédaction… L'art de refiler le boulot aux autres.
 
D'ici là… bon Printemps, mais faites gaffe aux bouleaux, c'est vraiment allergène, et, avec "l'effet… de serre"… ça risque pas de s'améliorer !
 
A vos souhaits !
 
Paris le 30 mars 2005
 
Patrick Blanchard
 
SOMMAIRE
SONDAGE
 
 
On vous en pose des questions !
 
Suite à une demande insistante de notre collaborateur PATRICK BLANCHARD nous allons réaliser un sondage, et même deux, auprès de nos chers lecteurs que vous êtes.

Premier sondage :
Trouvez-vous les "Humeurs" de PATRICK BLANCHARD 1/ Fabuleuses - 2/ Extraordinaires - 3/ intérressantes - 4/ Passables - 5/ Nulles - 6/ Très nulles - 7/ Très très nulles - 8/ Très, très, très nulles - 9/ Très...

Second sondage auquel nous vous demandons de répondre par OUI ou par NON pour le dimanche 29 mai 2005 au plus tard :
 
Voulez-vous que PATRICK BLANCHARD continue à vous parler de ses "humeurs" si les français répondent NON à la question suivante : "Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une Constitution pour l'Europe ?"
 
SOMMAIRE
C'EST PAS RIEN
 
C'est quelque chose, d'un entretien
 
Nous n'avons pas résisté au plaisir de vous faire partager un extrait d'un entretien intitulé En 1973, quelque chose d'une vie et d'une mort du tableau à commencé, article paru dans Le Monde du week-end du 29/30 janvier 2005.
 

Question de Ph. D., jounaliste au Monde du Week-end à Bernard Blistène, inspecteur général à la délégation aux arts plastiques :
"Mais comment définir "ce qui se passe en ce moment "?"
Réponse de Bernard Blistène, inspecteur général à la délégation aux arts plastiques à Ph. D., jounaliste au Monde du Week-end :
"En essayant de proposer des hypothèses de lecture différentes, qui échappent aux catégories désuètes, entrent dans la complexité des œuvres et ne se limitent pas à la nostalgie du médium pictural. Ce qu'il y a de plus intéressant, selon moi, dans la peinture actuelle, c'est la mélancolie du présent, qu'expliquent la puissance de la technologie, l'asservissement des hommes, la fin des idéologies."

 
Même si on ne comprend pas tout, c'est beau ! Non ?
 
SOMMAIRE
JAZZ
 
La liste de la série Festicart' 2005
FESTICART' - BP 80014 - F 95880 ENGHIEN LES BAINS
Site : http://festicart.hautetfort.com
 
MAQ 451
© ERGON
Maquette de la carte d'Ergon
 
Voici la liste des illustrateurs dont les maquettes ont été sélectionnées pour la série de cartes postales JAZZ du 17e FESTICART' qui se déroulera les 11/12 juin 2005 à F 95880 ENGHIEN-LES-BAINS.
ALEXEI - ANDRY - BLANCHARD - BOURSIER - BURET - BUSILLET - COUEDEL - ERGON - GAUFILLET - GINOUX-DUVIVIER - GREGORI - HAMM - JEUDY - LAMY - LELIEVRE - LIDDELL - LE GUILLOUX - MARTIN - MINAULT - MOFREY - MOGERE - MONTERIN - ORIOL - PERRIGAULT - PETEY - PORCHEROT - SEIGNEZ - SLOBODAN - TETU - TOURAINE - VEYRI - VUITTON
 
SOMMAIRE
DRAGUIGNAN 2005
 
La télé de papa
 
DRAGUIGNAN 2005
© AACV
L'affiche du salon 2005
 
Nous vous présentons aujourd'hui quelques cartes postales de la belle série éditée par l'association des Amis Cartophiles Varois à l'occasion du 24e salon COLLECTION PASSION qui s'est déroulé les 12/13 février 2005 à F 83300 DRAGUIGNAN. Le sujet de l'exposition et de la série de cartes postales éditée à cette occasion était "La télé de papa".
 
PEG 85
PEG 84
PEG 86
© PÉGÉ
L'exposante
L'organisateur
Le chaland
 
 
Notre confrère illustrateur mais néanmoins ami Pégé qui tenait son stand avec une grande conscience professionnelle, nous à fait parvenir ces quelques photos de la manifestation et a appris de source presque sûre mais que nous garderons pour le moment secrète, que pour le 25e anniversaire de la manifestation serait organisée une rétrospective sur les 25 salons de l'AACV ainsi qu'un clin œil au regretté illustrateur Pierre Marquer qui nous a quitté il y a deux ans. Si vous avez des souvenirs le concernant vous pouvez en faire part à Philippe MOREAU qui sera heureux de vous lire ou de vous ouïr.
 

Les cartes
 
AAC 11
AAC 9
AAC 10
PEG 83
BLA 94
KRISS
MAILLEQUEULE
Xavier BONASTRE
PÉGÉ
Patrick BLANCHARD
CHA 17
 LA TÉLÉ DE PAPA 
HAM 1
© AACV
Série de 18 cartes postales en quadrichromie offset format 10,5x15cm, éditées à l'occasion du XXIVe salon COLLECTION PASSION 2005 de Draguignan.
Prix de vente de la série : 12€ + 1,60€ de frais d'expédition à régler par chèque à l'ordre de AACV

voir Philippe MOREAU - AACV

Philippe CHARRON
Patrick HAMM
 
Liste des illustrateurs : Imprimerie ABC - AR ROUÉ - Patrick BLANCHARD - Xavier BONASTRE - Philippe CHARRON - Michaël CROSA dit MAILLEQUEULE - ERGON - Patrick HAMM - KRISS - Émilie MARTINEZ - Émile MUSTACCHI - PÉGÉ - Jean Luc PERRIGAULT - SLOBODAN - ÉVELINE TESSIER - Géo THIERCY - Yves URBAIN dit BÉDO - Louis VUITTON
 
SOMMAIRE
PAUSE TOUJOURS
 
Mais qu'est-ce qu'ils foutent les artistes ?
 
BILLET D'ENTREÉ DE LA FOIRE DE LYON
AYM 47
© FOIRE DE LYON
© MARTIAN AYME
Le billet d'entrée de notre envoyé spécial Ray Thaug
Le badge de l'animateur Martian
 
Nous voulions de longue date vous parler de ce que font vraiment les artistes dans les salons et les foires d'art et autre foires commerciales. Vous croyez sans doute qu'ils sont présents dans ces lieux pour travailler. Que nenni, c'est juste ce qu'ils disent, en réalité ils font tout à fait autre chose, nous en avons les preuves.
D'abord lisez le courrier ÉDIFIANT de notre envoyé spécial à la Foire de Lyon 2005, que nous avions dépêché en ces lieux pour réaliser un reportage sur l'animateur Martian, qui faisait une démonstration d'impression d'estampes sur le stand d'une association d'artistes qui s'occupe de handicapés :

"Monsieur le R.E.C. de la lettre aléatoire d'ERGON
 
Ayant appris que la Foire Internationale de Lyon réservait des emplacements pour les associations et les artistes de la région... je me suis rendu hier à cette manifestation mondiale pour vous faire un reportage photo sur votre ami Martian.
D'immenses travées avaient été réservées aux créateurs, qui pouvaient ainsi présenter leurs œuvres à la foule des foireux dans des conditions ludiques (d'autant plus que ces magnifiques emplacements avaient été mis gracieusement à la disposition des artistes).
Malheureusement point de barbe rousse à l'horizon... pensant à l'injustice je me suis adressé à un jeune créateur (retraité) pour lui vanter les idées créatives de Maître Martian... me prenant par le bras Daniel Armetta m'a amené devant un immense stand vide sur lequel trônait une petite pancarte au nom du créateur favori de la "lettre"*.
La veille M. était bien présent, il avait même participé à la nocturne. Il avait amené sa "pierre", mais sans doute épuisé par l'effort n'était pas revenu ce matin (il était 16 heures).
Voilà, chef, mon reportage loupé et en plus j'ai été obligé de payer l'entrée au prix fort ; l'absence de l'artiste sur son stand, n'a pas été retenue par l'administration de la foire quand j'ai demandé le remboursement de mon billet.
 
Respectueuses salutations.
Ray THAUG"
 
* nous tenons à signaler aux autres créateurs dont nous vantons les mérites, qu'ils sont également les favoris de la lettre

Édifiant, non ! L'artiste n'était pas présent sur son lieu prétendu de travail. Pour en savoir plus nous avons posé quelques questions au manqué, bien que l'absent par principe a toujours tort.

Cher Martian, que faisiez-vous le jour où notre envoyé spécial vous à cherché sur votre stand ?
"Ce jour là j'étais à la Foire de Lyon de 9h30 à 23h00. J'ai imprimé 27 monotypes devant un public absolument enthousiaste et qui m'encourageait en en criant ENCORE après chaque passage. Ce travail de démonstration est très fatigant mais heureusement je n'étais pas seul sur le stand. L'artiste amie d'ART'OFF également présente, avec qui je taillais de temps à autre une bavette dans un des rares moments de calme, m'encourageait à tenir jusqu'à l'annonce de la fermeture de la foire"
Quand Ray est passé vous voir vous étiez absent. Étiez-vous parti vous restaurer dans un bouchon de la foire ?
"Non, ayant une grande conscience professionnelle je me suis contenté de manger mes sandwiches jambon-de-campagne-beurre, ou saumon-fumé-beurre (que je recommande) sur le stand... Moi au moins, je savais exactement ce que je mangeais (proprement), à la différence probablement de beaucoup de ceux qui sont passés devant moi avec des trucs dégoulinants qui débordaient de tous les côtés !"
Jusqu'à où êtes-vous prêt à aller pour réussir ?
Je fais non seulement les foires d'art, mais comme vous l'avez remarqué, également la Foire de Lyon, foire Kommerziale s'il en est ! Maintenant vous savez où je suis prêt à aller pour réussir. Il est à noter qu'il s'agit d'une animation dans le cadre d'une association d'artistes qui s'occupe de handicapés. J'y participe cinq jours en travaillant devant le public... POUR LA BONNE CAUSE !"
Merci Martian d'avoir répondu à nos questions, bien que nous ne sachions toujours pas où vous étiez pendant votre remarquée absence.

Nous nous posions en titre la question de savoir ce que font les artistes sur les salons et autres foires. Grâce aux photographies récoltées par nos reporters nous pouvons enfin dévoiler une part obscure de la vie publique de nos illustrateurs préférés.
 
THR 295
THR 295
THR 297
BOG 1
THR 296
© RAY THAUG
© RAY THAUG
© RAY THAUG
© GILLES BONNET
© RAY THAUG
Le pique-nique
La lecture
Le papotage
La pause pousse-café
La pause toujours
         
En fait ce n'est pas brillant ! Au lieu d'œuvrer à la promotion de leurs petits crobarts, ils passent leur temps à bâfrer et à picoler comme des assoiffés. Par charité chrétienne nous ne donnerons pas de noms, bien que nous ayons envie de dire que nous en avons pris un le verre à la main, un alsacien-lorrain, alors qu'il prétend être sobre comme un chameau, oui certes, quand il ne boit pas, le chameau. Et quand ils ne se restaurent pas que font-ils ? Ils travaillent ? Non, ils s'instruisent en feuilletant des revues légères, ils comptent fleurette aux chalandes qui passent, et même, un comble, ils font semblant de dormir pour ne pas avoir à répondre aux questions intéressées de leurs admiratrices assoiffées de savoir. Et encore, on ne vous dit pas tout !
 
Messieurs les artistes, il faut vous ressaisir, vous avez une image à redorer ! Comment cela vous n'avez pas les sous pour achetez les feuilles d'or ? Bon, ben si c'est comme cela, on va lancer une souscription pour vous aider !
 
SOMMAIRE
BLOG
 
Blog toujours tu m'intéresses !
 
http://spaces.msn.com/members/cicpc/ vous connaissez ? C'est un blog. Oui, un blog, la nouvelle mode très, très tendance d'internet, un espace de monologue ou de discussion ouvert à tous sur un sujet donné, ou pas donné d'ailleurs. Comme sujets pas donnés vous avez les cartes postales anciennes qui sont hors de prix et les cartes postales d'illustrateurs qui sont payantes pour qu'ils ne... oui vous avez trouvé, ne meurent pas de faim ; faut ben qu'ils vivent aussi ces petits êtres fragiles et sans le sou. Et comme sujet donné vous avez... oui, bravo, vous avez encore trouvé, ce que vous êtes forts vous alors, les cartes postales publicitaires qui sont gratuites parce qu'il suffit de les piquer sur les présentoirs où elles attendent le chaland, et par dessus tout le collectionneur qui a trouvé là un moyen de se faire une collection pour pas cher. Parce qu'il faut bien dire que les cartes postales payantes c'est hors de prix pour un pauvre collectionneur. Un petit conseil en passant, si vous cherchez une carte postale pour écrire à votre petite amie, ne passez pas derrière un collectionneur pour récupérer des cartes postales gratuites, attendez l'employé qui recharge le présentoir et précipitez vous dès son départ.
Donc http://spaces.msn.com/members/cicpc/ est le tout nouveau blog du CICPC dédié à la carte postale publicitaire. Avant, en un temps que les jeunes ne peuvent pas connaître, pour bloguer il fallait acheter une carte postale et un timbre d'affranchissement de la poste, aussi un stylo à bille ou un feutre pour les cartes postales modernes, une plume, un porte-plume et un encrier avec de l'encre dedans évidement, un peu de matière grise pour arriver à écrire sans fautes quelques lignes et l'adresse du destinataire, un peu de salive pour coller le timbre, un parapluie pour aller jusqu'à la boite aux lettre sans mouiller la carte postale. C'était long, compliqué et cher, surtout la carte postale. Maintenant pour bloguer, il suffit plus simplement de connaître l'adresse d'un blog, en l'occurrence http://spaces.msn.com/members/cicpc/ par exemple, de voler quelques cartes publicitaires gratuites sur un présentoir de bistrot, d'aller acheter dare-dare un ordinateur de dernière génération car les autres ne sont plus en vente depuis longtemps, un scanneur, et éventuellement une imprimante, on ne sais jamais cela pourrait servir à faire des copies illicites de cartes publicitaires pour les échanges avec les collectionneurs qui baveraient devant les merveilles que vous voulez garder pour vous tout seul, de ne pas oublier de continuer à payer votre abonnement à France-Télécom et à EDF histoire de rester au courant, de prendre un abonnement internet à haut débit chez un fournisseur d'accès, de prendre quelques cours de frappe sur un clavier et non pas sur votre voisin, de trouver quelque âme charitable qui vous initie avec le sourire de la Mona aux mystères des fenêtres de votre machine dernier cri ainsi qu'un dépanneur joignable de préférence jour et nuit, surtout la nuit d'ailleurs quand tout le monde dort, éventuellement de vous acoquiner avec un psy pour calmer vos futures crises de nerfs, d'acheter un dictionnaire des termes informatiques, ça peut être utile, d'avoir une patience d'enfer pour apprendre à utiliser les logiciels adéquats, et enfin, oui enfin, de pouvoir accéder si tout va bien au blog qui se trouve sur la page http://spaces.msn.com/members/cicpc/ pour enfin pouvoir dire au monde entier que vous avez réussi à chouraver une carte postale publicitaire que les autres n'auront pas, lalalère, enfin surtout pas pour rien ; manquerait plus que les cartes postales publicitaires gratuites soient données à l'œil.
Vous avez compris, grâce au blog du CICPC http://spaces.msn.com/members/cicpc/, vous allez pouvoir parler à l'œil de tout ce que vous avez eu pour pas un rond, c'est quand même mieux que d'avoir à payer de votre poche pour faire la même chose avec les moyens de naguère. C'est beau le progrès ! N'est-il pas ?
 

Blog à part
 
Pour votre plaisir nous avons déniché un blog particulièrement remarquable : http://spaces.msn.com/members/poissonrouge/
Ce blog s'adresse aux amateurs de discussion autour du poisson rouge de bocal sphérique. Nous avons posé la question suivante au poisson de service ce jour :
Comment vous sentez-vous dans votre bocal ?
"Blob... blob... blob..."
Encouragé par cette réponse nous avons demandé au poisson rouge :
Aimeriez-vous changer de couleur de bocal ?
Pour le moment le poisson rouge réfléchit à la question...
 
SOMMAIRE
HOMMAGE, Ô DÉSESPOIR
 
De quoi j'me mel !
 
C'est fou ce qu'on peut recevoir comme courrier non sollicité dans sa boîte aux lettres électronique. Nous connaissons déjà en chair et en os une femme qui se prend pour Lady Di et parle à Dieu en personne, qui heureusement pour elle n'a pas encore eu d'accident de voiture contre les piles d'un pont qui n'y serait pour rien, disons le tout de suite pour le disculper. Après les arnaques à la carte bancaire, les richissimes ivoiriens qui ne peuvent sortir leur fortune du pays sans votre aide intéressée, voici la chronique nécrologique d'une personne que nous ne connaissons ni d'Ève ni d'Adam, dont nous avons masqué le nom car nous n'avons vraiment rien contre la défunte qui a certainement été une dame de qualité, si ce mel n'est pas une plaisanterie à l'usage des internautes.

Le mel d'hommage à Madame XXX :
 
"La terre en ce mois de février an 2005 - Hommage à une Grande dame : XXX mariée YYY
Tu es la plus belle, la plus généreuse, la plus aimante, tu es sœur Thérésa, tu es l’abbé Pierre, tu es au côté de la Sainte Vierge. Ton cœur est énorme, plein d’amour, de bonté, de charité, il déborde de partout semant autour de toi une plénitude jamais atteinte par un être humain. Les enfants sont pour toi ce qu’il y a de plus sacré, malheur à celui qui leur fait mal. Ton amour pour tous a fait de toi une femme exceptionnelle, te penchant sur tous les berceaux du monde, tu es une reine qui dispense ses sourires à qui veut les recevoir, ton hospitalité pourrait amener tous les errants de ce monde jusqu’à toi. Ta valeur connue seulement de tes proches mérite que je puisse la semer à tous vents. 1979... 72 ans... 46 ans, 2005... 72 ans... 72 ans, c’est sûrement cet instant privilégié qui me permet d’ouvrir mon cœur, je pense comme toi maintenant, j’ai les mêmes sentiments, les mêmes regrets. Heureusement des années dures t’ont été épargnées, ce qui nous à conduit au paradoxe de savoir si on était content ou malheureux. Certaines personnes lisant ce petit hommage, comprendront. D’autres se poseront des questions. Quoiqu'il en soit, j’ai pu dire à un grand nombre d’enfants, de parents, de grands-parents, d’arrière-grands-parents, qu’une mère c’est extraordinaire, c’est l’équilibre de toute une vie et douleur à ceux qui en sont privés. Je pourrais encore écrire pendant des heures de ce que tu nous as laissé, Madame XXX mariée YYY. Maman, ton ZZZ qui t’aime pour la vie."
 
SOMMAIRE
BILLET D'HUMEUR
 
 
Un texte de Martian Ayme paru dans le Bulletin de la MAPRA* d'avril 2004 !
 

 
MARTIAN AYME
 
SENSIBLE, S’ART’STENIR ?
 
Au moment où le centre Pompidou présente "Dionysiac" (dont il a "produit" lui-même une partie des œuvres) dans un inculte faux sens qui réduit le mythe grec de Dionysos à un décor de comédie de pisse et de caque. Au moment où par ailleurs un peu partout le mot "sensible" est affublé d’un double sens flottant, grand creux d’arriéra... mer calme de nova... tion, au gré des gloses. Au moment où dans notre merveilleux monde de l’art, chez ceux qui s’édictent contemporains, les mots s’enivrent d’eux-mêmes jusqu’à la lie, jusqu’à griser les notices, sinon les œuvres, un petit rappel pourrait se révéler utile.
Pour ces tenants d’une contemporanéité dont, par décret, ils s’arrogent l’exclusivité et l’exégèse, tout ce qui pourrait relever du "sensible" ne peut faire allégeance, quand il s’agit des autres, qu’à l’arriération d’un beau dépassé et n’exprime à leurs yeux condescendants que la sensiblerie d’esprits systématiquement égarés, attardés, indignes de la moindre attention, du moindre respect ; la novation, elle, serait leur et n’habiterait que leur propre sensible, sensible non des sens, mais de concepts passés à leur crible... esprits forts, factice détournement, intolérables et exclusives certitudes...
Il y a belle lurette que le beau ne fait plus l’art, et c’est tant mieux. Une œuvre d’art est d’abord un objet, au sens le plus large, spectacle, installation, écrit, volume, pièce musicale, peinture, vidéo, performance,... Ce n’est pas l’apparence d’un quelconque beau fluctuant au gré des modes qui a jamais fait d’un objet de son temps une œuvre qui résiste au temps ; c’est l’aboutissement d’un lent et mystérieux "faire", fondu au creuset du hasard d’échanges entre Dionysos et Apollon, profondément enraciné dans la contemporanéité et qui parle aux sens, pure alchimie d’une transmutation qui de l’être mène à l’œuvre... Et non pas l’élaboration combinatoire d’un "produire" aux ordres d’un discours chez ceux qui parlent si bien des artistes en termes de "produits", terme entendu lors d’un récent CIPAC**, dans le sens et comme synonyme d’artiste !
C’est le mystère du sens cohérent de l’œuvre issue des sens en éveil de son créateur, et de son intellect, et la mystérieuse cohérence ressentie par celui qui se trouve en sa présence, qui fondent la qualité de l’œuvre. Qu’il soit loisible de chercher à mieux en pénétrer l’essence pour la mieux ressentir en tentant d’en décoder au moins en partie le mystère, rien n’est plus justifié. Vouloir en imposer une... sa... "la" vision décodée "prête à l’emploi" est d’une prétention rare. Vouloir faire accroire qu’il suffit de coder n’importe quelle invention de l’esprit pour faire œuvre n’est qu’arrogance pitoyable, manipulation, navrante confusion verbale entre le "faire" et le "produire"... De l’œuvre à tout prix vouloir exciser le mystère est pur non-sens.
En art, l’œuvre est issue des sens, et parle aux sens, en cela elle participe pleinement du sensible ; elle est en même temps et dans son principe même le fruit d’un exercice de facultés mentales qui en fondent et viennent en affiner le sens, elle côtoie en cela l’intellect (et pourquoi pas la philosophie), elle le côtoie seulement. L’essence de l’art est dans cette dualité, à trop vouloir en abstraire le sensible c’est l’art qui trop souvent s’évapore.
 
Martian AYME (mars 2005)
 
* MAPRA : Maison Arts plastiques Rhône-Alpes
** CIPAC : congrès interprofessionnel de l’art contemporain.
 
SOMMAIRE
OUBLI FÉCOND
 
LPDJ 226/227
 
Suite à un oubli de notre collaborateur, que nous ne devrions pas faire travailler le dimanche pendant que la direction de l'entreprise est en congé, nous avons envoyé par erreurs deux photographies dans le mel La photo du jour 227 daté du 13 mars 2005. L'erreur se devant d'être constructive, nous vous annonçons aujourd'hui en exclusivité presque mondiale, la naissance d'un nouveau concept artistique :
 
La photo de la veille et celle du jour
 
Le choc de deux photographies qui n'ont peut-être rien à faire ensemble. Si vous êtes abonnés au mel, vous pourrez développer ce nouveau concept par la modification des envois de la photo du jour que vous recevez habituellement en superposant deux photographies successives de l'ordre croissant des mels de la photo du jour (exemple : LPDJ226/227)
 
PH 1819
PH 1821
© MARTIAN AYME & ERGON
LPDJ226/227
 
Cet exemple de superposition hasardeuse de photographies, nous permet enfin, et il n'est que temps, de nous interroger sur l'influence du travail artistique dans la perception esthétique de la lente transformation de la ville par les lieux dédiés à l'œuvre plastique en progrès dans les univers de la contemporanéité picturale.
Que représentent ces photographies ?
La première décrit avec moults détails, le passé révolu de l'atelier de l'artiste lyonnais Martian Ayme, passé d'atelier artisanal de mécanique transformé par la volonté du Maître en atelier de production d'art contemporain.
La seconde nous fait toucher du bout des yeux le reflet des lumières d'une salle d'exposition dont nous ne connaissons plus la dénomination, dans une ville de la banlieue de Lyon dont nous ne connaissons pas le nom, dans la vitre protégeant l'œuvre d'une artiste dont nous ne nous souvenons plus du patronyme.
Malgré l'absence flagrante de données essentielles qui auraient dû s'imprimer dans le cerveau du photographe, ces deux images sont et restent un fragment de la mémoire volé à deux lieux d'art voués à l'effacement mais qui ont tant de choses à nous apprendre. Nous vous laissons découvrir sans vous influencer, seul devant votre écran de veille artistique, les sens les plus cachés de ce collage photographique inattendu. Nous espérons vivement que vous nous ferez partager vos réflexions les plus imaginatives sur cette œuvre aux multiples facettes.

Les premières réflexions
 

Est ce que l'on marche sur la tête ? - Michel.K


La profondeur du propos tenu à l'occasion de la création d'un cartel photographique... le jour du Seigneur... jour où, en principe on se repose... me laisse pantois... Je ne manquerai pas, à tête reposée... donc probablement dès demain de m'y intéresser de près et de réagir, dignement, à cet événement d'importance ! Patrick Blanchard

T'es trop fort, toi ! Comment tu fais pour coller la photo de la veille dans le courrier du jour, j'ai pas compris ? Jojo de Nantes

Je vais en parler à mon psy et je vous appelle. Mazarine Richelieu
 
SOMMAIRE
NAGUÈRE DÉJÀ
 
L'étincelle d'un génie
 
En des temps pas si reculés, un de nos abonnés de la première heure à La photographie du jour et à La carte postale du jour, Patrick Blanchard...
 
PATRICK BLANCHARD < c'est Patriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiick
 
...eh oui encore lui, esprit bouillonnant toujours prêt à accoucher d'une idée géniale, nous avait fait remarquer d'intéressantes associations entre les courriers arrivant le même jour dans sa boîte à lettres.
Merci Patrick pour ta contribution à la cause pas tout à fait perdue de l'art toujours contemporain !
 
Nous vous offrons comme exemple de ces mariages arrangés, les images des mels La carte postale du jour 180 et La photo du jour 230 envoyées toutes deux le 15 mars 2005
 
CP1460-180
PH 1821
© ERGON
LCPDU180/LPDJ230
 
Ça réchauffe le cœur, non !
 
SOMMAIRE
ENTREZ DANS LA DANSE
 
Tango
 
BIA 1
BIA 3
BIA 2
© ANIBALE C. BIANCHI
Bandoneón arrabadero
Postal tanguera
Libertango
 
Anibale C. BIANCHI
 
 
Annibale C. Bianchi œuvre à Astie sa ville natale. Il a participé à de nombreuses manifestations d'art postal dont :
Torino 1 Torino duemila à Turin en 1975
Premier Festival International de la Carte Postale d’Avant-garde à Paris en 1979
Museo del Folklore nuove cartoline à Rome en 1981
Nucleus 1 - Mail Art XVI Bienal à San Paolo del Brasile en 1981
International Mail Art Exhibition à Osaka en 1984
Mail Art International à Toulon en 1986
Museo Internazionale dell’Immagine Postale au Belvedere Ostrense d'Ancone en 1996
 
Nous avons découvert sur les pages de son site une série de cartes postales réalisées par Anibale C. BIANCHI et dédiées au tango.
L'artiste nous a fait savoir que celles-ci sont disponibles.
Cartes postales en typographie :
Portrait de l’artiste, 1976 (500 ex à 2,5€ la carte)
Postal tanguera, 1984 (500 ex. numérotés, 3€ la carte)
Cartes postales en phototypie couleur :
El choclo - Bandoneón arrabalero - Así se balla el tango - Postal tanguera, 1979 (5 ex. de chaque carte à 6€ pièce)
Mama, yo quiero un novio, 2 cp. (5 ex. à 10€ les deux cartes)
Les autres cartes postales publiées sur le site (9 ex. 5€ la carte)
 
SOMMAIRE
ART POSTAL
 
 
AUTOPORTRAIT DANS LE MIROIR-CD
délai - 31 juillet 2005 - deadline
 
AUTOPORTRAIT DANS LE MIROIR-CD - Prenez un CD que vous alliez jeter à la poubelle. Utilisez-le comme miroir et avec un feutre approprié (feutre permanent...) ou un autre instrument, dessinez votre autoportrait. Nous faisons ainsi du recyclage artistique - Les travaux reçus sont exposés dans une web-galerie crée à cette intention - Documents à tous les participants - Pas de retour des travaux - Ne pas oublier de joindre les adresses de courrier postal et internet. Date limite : 31 juillet 2005.
Adresse : Miguel JIMÉNEZ - El Taller de Zenón - C/Santa Maria de Guia 1- 4° C - DP 41008 SEVILLA - ESPAÑA

TIC-TAC OU LA TEMPORALITÉ
délai - 30 juin et 31 septembre 2005 - deadline
 
TIC-TAC OU LA TEMPORALITÉ - À vos disques bleus
1er temps : pour cette manifestation d’art postal dès à présent et avant le 30 juin 2005 réception des travaux épistolaires support imposé le "disque bleu" - Thème tic-tac - Le disque bleu est un carré de 12,5 cm de cotés muni d’une mollette et de deux fenêtres - Cet objet symbolise pour "La Sauce singulière" le mouvement, l’obligation de bouger. Impossible de rester à la même place, l’art singulier n’est jamais où on le pense mais bien dans le mouvement - L’association "La Sauce singulière" peut vous fournir sur demande un disque bleu (3 euros/ pièce) - L’association "La Sauce singulière" sélectionnera des disques pour concevoir le visuel du festival "hors les normes art singulier" de Lyon à l’automne 2005. À cette fin chaque artiste doit joindre à l’envoi une autorisation de reproduction et nous faire parvenir son disque le plus tôt possible.
2e temps : avant le 1er octobre 2005 réception des envois postaux - Thème temporalité support et expression Libres - Vos envois donneront lieu à une exposition durant le festival "hors les normes art singulier" de Lyon dans un lieu en écho - Attention ne laissez pas passer la date ! Les envois devront parvenir par la poste.
Adresse : Association "dîtes 33" - "La Sauce Singulière" - Atelier La Rage - 33 rue Pasteur - F 69007 LYON
 
SOMMAIRE
L'OR DES SITES
 
CARTES POSTALES  
COLLECTIONS CARTE PUB (cartes postales publicitaires et télécartes sur le cinéma) http://www.collections-cartes-pub.fr.st
COLLECTIONS 
MARCHÉS AUX PUCES (les marchés aux puces et vide-greniers de France)http://www.i-net.fr/marcophilie
MUSÉES 

art/musées EUROMUSE (portail des musées européens)

http://www.euromuse.net
PEINTURE 
QUALITÉ PEINTURE (comment réussir vos travaux de peinture en bâtiment)http://www.qualitepeinture.com
SOMMAIRE
NOUVEAUTÉS
(œuvres du XXIe siècle de différents éditeurs)
 
CP 1470
 CP1470 - CARTE DE VŒUX ERGON 2005
 © ERGON - 7 rue de Vendée - F 68800 VIEUX THANN
 Carte postale utilisée par Ergon comme carte de vœux 2005, tirée à 113 exemplaires en sérigraphie sur vélin d'Arches format 12x17cm, signés et numérotés de 1 à 113.
 Le jazz et le chat va.
CP 1470
 
tirage épuisé
 
CP 1474
 CP1474 - BONNE NUIT LES PETITS
 © ERGON - 7 rue de Vendée - F 68800 VIEUX THANN
 Carte postale n°14/18 de la série "La télé de papa" éditée à l'occasion du XXIVe salon "Collection Passion" de Draguignan les 12/13 février 2005, en quadrichromie offset sur format 10,5x15cm.
 C'est pas une raison pour vous endormir sur vos lauriers.
CP 1474
 
prix de vente atelier : A (voir tarif ergon)
SOMMAIRE
LA CARTE POSTALE ANCIENNE DU MOIS
(carte postale du XXe siècle)
 
CP 936
   CP 936 - MIROIR DANS QUEL ÉTAT J'ÈRE ?
   © CHARLES BERG
   Carte postale éditée à 4 exemplaires signés et numérotés de 1/4 à 4/4, en sérigraphie sur Vélin d'Arches format 12x17cm.
  

Beaux seins.

CP 936 (ref Ergon)
  
voir CHARLES BERG
SOMMAIRE
 
Nous signalons aux illustrateurs de talent que des jeux cartophiles fonctionnent actuellement dans le cadre d'Ergon Éditeur (CP 1258 - CP 1259 - CP 1265 - CP 1266 - CP 1270 - CP 1271 - CP 1272 - CP 1273 - Jeu2002).
 
CP 1258-A84
CP 1258-R87
CP 1258-A90
CP 1258-R93
CP 1258-A80
         
CP 1258-A84
CP 1258-R87
CP 1258-A90
CP 1258-R93
CP 1258-A80
© PHILIPPE CHARRON
© ERGON
© PÉGÉ
© ERGON
© PATRICK BLANCHARD
 
SOMMAIRE
LES MELS D'ERGON
 
 
LA PHOTO DU JOUR
Le principe : une photographie numérique réalisée par Ergon au format carré. Mel à parution irrégulière, contrairement à ce que laisserait entendre le nom.

LA CARTE POSTALE DU JOUR
Le principe : une carte postale réalisée par Ergon sur un carton pur coton format 12x17cm (CP 1460), dont l'image numérique vous est envoyée sous forme de mel. Mel à parution irrégulière, contrairement à ce que laisserait entendre le nom.

Comme nous ne voulons pas encombrer vos boîtes à lettres électroniques avec des courriers non désirés, l'envoi systématique de LA PHOTO DU JOUR et/ou de LA CARTE POSTALE DU JOUR ne se fera que sur demande d'abonnement gratuit à l'adresse ergon@ergon4.fr
 
SOMMAIRE
LE CÉDÉROM ERGON
Pour visualiser les vignettes des pochettes de cédéroms de la série CP 1300, cliquez sur le carré rouge. vous serez connecté à la page correspondante du site ergon-editeur.fr - les pochettes suivies d'un carré rouge ne sont plus disponibles .
VIGNETTES DES POCHETTES CP 1300
En cas de commande n'oubliez pas de me faire parvenir vos adresses postale et électronique.
CP 1300
CP 1300-84
CP 1300
 
Le CD-Rom ERGON À JOUR (690 Mo en HTML - pour PC uniquement) EST DISPONIBLE EN VERSION D'ART POSTAL

CP 1300 VERSION D'ART POSTAL, signée et numérotée, avec dessin original : CD-ROM CARTE POSTALE DE COLLECTION DU SITE À JOUR CARTOLISTE (EXCEL), INSÉRÉ DANS UNE POCHETTE PIÈCE UNIQUE, SIGNÉE ET NUMÉROTÉE.
 
SOMMAIRE
®.gon.34
 
si vous ne désirez plus recevoir LE MEL D'ERGON qui annonce la parution de cette lettre, si vous avez des informations à communiquer concernant le sujet de cette lettre, veuillez écrire à la rédaction par courrier postal ou électronique. Les anciens numéros sont disponibles sur le cédérom et le site internet.
 
ERGON - 7 rue de Vendée - F 68800 VIEUX THANN - Tél. : 00.33.(0)3.89.37.25.74
 
site
 
ASCENSEUR