PAGE D'ACCUEIL
SOMMAIRE DU SITE
INDEX ET TABLE DES MATIERES
SOMMAIRE DES ARTISTES ET EDITEURS
SOMMAIRE ERGON
SOMMAIRE ERGON-EDITEUR
SOMMAIRE CARTES POSTALES
SOMMAIRE PAGES DIVERSES
SOMMAIRE ACTUALITES
TARIF ERGON ET ERGON-EDITTEUR
 
PAGE PRECEDENTE
SOMMAIRE LETTRE ERGON
PAGE SUIVANTE
 
 
RGON
 
®.gon.30
 
Numéro de MAI 2004
© la lettre d'information d'ergon-editeur.fr et artistes associés ©
 
HTMel à parution pas si irrégulière, consacré à la peinture d'Ergon et éventuellement celle des autres, aux arts plastiques et graphiques, à l'art postal et à la carte postale moderne d'illustrateurs - tous les numéros d' ®.gon sont disponibles sur le site ergon-editeur.fr et le cédérom Ergon.

Pour l'impression du texte l'utilisation du format portrait est suffisante. En fonction du navigateur, il faut dans certains cas utiliser le format paysage pour pouvoir imprimer toutes les images.
 
SOMMAIRE
 
SOMMAIRE
ÉDITORIAL
 
JPP
 
Le propos d'un autre
 
POJ 13
© JPP
Le brin de muguet
Nul n'est prophète en son pays !
 
Malgré votre entrée en résistance dès les premiers symptômes de la déclaration de guerre à l'intelligence, cher rédacteur en chef, votre région reste désormais bien ancrée à droite - ce qui est somme toute logique si on regarde la carte géographique de notre hexagone. Je dirais même en haut, à droite... L'Alsace, exception française continentale, voilà qui me pose un sérieux problème. Ne devrais-je pas boycotter les produits de cette région pour afficher ma différence ? ...et par là même résilier mon abonnement à vos "mels alsaciens" ?
Après mûre réflexion, je n'en ferai rien. La prose de PBL me manquerait trop - il n'y est pour rien notre petit parisien. Et que dire de vos éditoriaux décapants, vos attaques sournoises contre ce pauvre Mickey timbrifié - vous n'aviez pas en son temps descendu l'ami Tintin et aviez même collaboré (j'espère que le mot n'est pas trop fort, adepte de RG) à une série cartophile à sa mémoire. Pour Gaston Lagaffe, également timbré célèbre, aucune protestation de votre part. Est-ce une préférence belge ou bien vos convictions européennes s'affichent-elles ainsi ouvertement ? ...patience jusqu'aux prochaines élections. Ne mettons pas la charrue avant les bœufs comme dirait l'ami Daniel Brugès. Quelle surprise allez-vous encore nous réserver ?
Que ce brin de muguet vous porte néanmoins bonheur... vous en avez bien besoin !
 
JPP
 

 
PEI 78-1
© ERGON
Munster Halsasse Ôdendique
 
Merci JPP
 
Merci JPP de nous avoir évité pour ce premier jour de mai d'être obligé de faire l'éditorial, alors que le jour férié de la Fête du travail, si chèrement gagnée entre autres par tous les éditorialistes du monde entier, c'est sacré ! On aime à se reposer sur ses lauriers ce jour là.
Mais JPP faites quand même très attention à l'utilisation de certains mots qui, particulièrement en Alsace, pourraient prêter à confusion ; "collaborer" par exemple, qui tendrait à laisser croire que nous avons voté non seulement à droite comme le pense la France entière, mais peut-être même à l'extrême de celle-ci, comme plus de 28% de nos électeurs du coin à la conscience politique des plus responsables. Nous trouvons que Plantu, le dessinateur du journal Le Monde, a été plutôt sympathique avec les alsaciens, contrairement à ce que semble penser le président de la région la plus à droite de l'hexagone, d'affubler notre région si proprette d'un si seyant costume d'alsacienne traditionnelle au lieu d'une chemise fâcheusement brunissante, que semble apprécier plus d'un votant sur quatre des deux départements à gauche du Rhin. Va falloir d'urgence envoyer l'Alsace à l'hôpital le plus proche et lui faire une dialyse de cheval afin de purger la malade de ses miasmes.
 
SOMMAIRE
LES PENSÉES PROFONDES
 
 
La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi - Albert EINSTEIN

On n'est jamais seul dans un café - Johnny HALLIDAY (chanteur français)

Faudrait-il que nous nous voilassions la fesse, ou essuyassions la face ? - Cassandre (lyonnais du XXIème siècle)
 
Le muguet du premier mai a bien meilleure odeur que le poisson du premier avril, surtout un mois après ! - Noémie et Jean GAMBA
 
SOMMAIRE
ACTUALITÉS
 
 
Parution du tome 1 de "CORRESPONDANCE DE CAMILLE PISSARRO" aux Éditions du Valhermeil. Le peintre impressionniste y avoue qu'il avait notamment d'immenses soucis d'argent mais que s'il fallait recommencer il suivrait la même voie. Vu les prix atteints de nos jours par les œuvres de cet artiste, la rédaction recommande aux peintres impressionnistes encore vivants et qui n'auraient pas encore percé d'avoir de la patience, la reconnaissance est au bout du chemin.

Certains commissaires priseurs syndiqués qui ont comme les artistes impressionnistes d'immenses soucis d'argent, aimeraient voir disparaître le droit de suite, le droit d'exposition et l'extension de la sécurité sociale aux œuvres vendues aux enchères. Malgré ces droits légitimes les artistes encore vivants meurent généralement de faim, ce qui n'empêche pas les pauvres commissaires priseurs de crier famine à cause de la voracité croissante de ces riches artistes qui veulent les dépouiller de leurs maigres revenus si difficilement gagnés.

Le prix des nèfles est en hausse. Une aquarelle de 1554 au format 14,5x20,7cm de Jacques LE MOYNE DE MORGUES nommée "Étude de fruits, pommes, marrons et nèfles" s'est vendue 113 200 € à Sotheby's New York. Nous recommandons aux artistes de continuer à vendre leurs œuvres pour des nèfles, la cote de ce fruit atteint des sommets.

Les JOURNÉES NANTAISES DE LA CARTE POSTALE auront lieu les 6 et 7 novembre 2004 au Parc des Exposition de la Beaujoire à Nantes. Présence de plus de 40 créateurs, 50 négociants en CPA, bureau postal temporaire, hommage à Christian Chabert, expositions... Renseignements : Office du tourisme - 7 rue Valmy - BP 64106 - F 44041 NANTES Cedex 1
 
SOMMAIRE
COURRIER DES LECTEURS
 
 
À quand le mot du jour de l'Ergonaute ? ! - Patrick B.

Longue vie aux artistes !
En ce qui concerne l'art contemporain, celui qui videra les fosses des sceptiques verra que celle de l'art est plutôt vide, avec quelques bijoux oubliés au fond, mais il faudra probablement vivre un peu plus longtemps que la normale pour le voir ! Martian AYME

Merci pour les chocolats, mais il va falloir que je fasse réviser l'ordi : il ne m'a pas bien rendu la différence de parfum, sinon de goût, entre PJ45 et CJ14 ! - l'Ma...

Comprenne qui voudra ! France 2, 1er avril, et ce n'est pas une blague... une dame de 76 ans est tout heureuse de s'initier à internet dans une association, au milieu de beaucoup plus jeunes qu'elle, mais ce n'est pas toujours très évident ! Et pourquoi me direz-vous... ? C'est elle qui nous donne la réponse : " ...je suis d'une génération qui veut comprendre ce qu'elle fait... " Relevé par M. A.
 
SOMMAIRE
FOIRE AUX QUESTIONS
 
 
C'est qui le JPP ?
 
M'enfin c'est Jean-Philippe, Jean-Philippe PORCHEROT, l'illustrateur le plus célèbre de Doizieux.

C'est quoi le droit de suite ?
 
Le droit de suite est un droit inaliénable à percevoir un pourcentage sur le prix de vente obtenu à la suite de toute revente de l'œuvre d'art originale effectuée par les professionnels du marché de l'art tels que les maisons de vente aux enchères, les galeries ou tout autre marchand d'art. Ce droit de suite s'applique aux œuvres d'art graphique ou plastique telles que les tableaux, collages, peintures, dessins, gravures, estampes, lithographies, sculptures, tapisseries, céramiques, verreries et photographies, dès lors que ces œuvres représentent des créations entièrement exécutées par l'artiste ou qu'il s'agit d'exemplaires considérés comme œuvres d'art originales selon les usages de la profession (une production limitée ou les œuvres signées par exemple). Le droit de suite est à la charge du vendeur et il est dû à l'auteur ou, après sa mort, à ses ayants droits.
Pour en savoir plus : http://europa.eu.int/scadplus/leg/fr/lvb/l26049.htm

C'est quoi le droit d'exposition ?
 
Le droit d'exposition est une compensation financière pour l'utilisation des œuvres d'art dans une exposition publique de celles-ci par un tiers. Ce droit peut s'apparenter au paiement d'une somme d'argent correspondant à la location des œuvres pour une période donnée. Bien que ce droit ne soit que très rarement appliqué pour le moment, il n'y a pas de raisons valables pour que les artistes ne soient pas rétribués pour l'utilisation de leur travail dans le cas d'une présentation publique de celui-ci.
Pour en savoir plus : http://www.caap.asso.fr/cipac/documents/presation.html

C'est quoi l'extension de la sécurité sociale aux œuvres vendues aux enchères ?
 
Les artistes sont soumis dès le 1er euro au paiement de cotisations sociales, de la C.S.G. (Cotisation sociale généralisée) et de la C.R.D.S. (Contribution au remboursement de la dette sociale). Il en va de même pour les professionnels de la vente d'œuvres d'art (galeries d'art, marchands d'art...). Pourquoi les maisons de vente aux enchères, qui en général se portent plutôt bien contrairement aux artistes, échapperaient-elles aux cotisations sociales sur les œuvres d'art vendues par leurs soins.

Quand vous dites "petit mais costaud" parlez-vous de Patrick Blanchard ?
 
En aucun cas, car comme tout le monde le sait, Patrick Blanchard est grand et malingre.

C'est vrai quand le Patrick Blanchard il dit qu'il ressemble à sa très belle grand-mère ?
 
Écoutez, nous n'avons à ce jour vu aucune photo de la belle grand-mère au Patrick, mais dans le doute nous allons dire oui, parce qu'on voudrait pas se fâcher avec notre chroniqueur pour des broutilles.

C'est vrai que cette année l'automne est annoncé pour le mois de juin ?
 
Si on s'en tient au calendrier des chroniques de Patrick Blanchard, c'est malheureusement à craindre. En effet c'était le printemps dans la chronique d'avril, l'été dans ce numéro de mai, et si nous sommes logiques avec lui-même, ce sera l'automne en juin. Profitez donc du mois de mai pour bronzer car l'hiver est bientôt de retour.

Est-il prévu une canicule cet été ?
 
Ne vous faites aucun souci à ce sujet, compte tenu du calendrier de notre chroniqueur d'un jour, pas de températures caniculaires à craindre en ce mois de juillet, l'hiver étant par contre précocément de retour, veuillez penser à bien vous couvrir avant de sortir. Et s'il y a du verglas ou de la neige, restez chez-vous plutôt que de vous payer une bronchite sur les plages ventées de la Côte d'Azur.
 
SOMMAIRE
L'HUMEUR D'UN JOUR
 
 
PATRICK BLANCHARD
 
Mercredi 28 avril 2004
 
CE MATIN J'AI L'HUMEUR MAUSSADE
 
Il y a des matins, comme ça, on ne sait pas pourquoi, on n'est pas dans son assiette.
 
Vous me direz le matin on n'est pas forcément dans son assiette, enfin je sais pas vous, mais moi en tout cas je suis pas du genre breakfast, à l'anglaise, et il n'y a donc aucune raison que je sois dans mon assiette.
 
Je suis plutôt dans mon bol, moi, le matin, mais ce matin, pas de bol, je ne suis pas non plus dans mon bol.
 
Pas de bol…
 
Ça a commencé hier soir, en fait, en rangeant des assiettes…
 
Non, bien sûr, je ne range pas mes bols avec mes assiettes.
 
Déjà que je range pas les torchons avec les serviettes, alors vous pensez, des bols avec des assiettes…
 
Quoique, vous me direz, c'est plutôt plus facile de ranger des torchons avec des serviettes que des bols avec des assiettes…
 
Peut-être, je ne dis pas, mais moi, j'ai des principes, et une éducation :
 
"Les bols avec les bols, les assiettes avec les assiettes, les torchons avec les torchons, et les vaches seront bien gardées".
 
C'est ma grand-mère qui disait ça, et elle s'y connaissait car elle avait gardé une vache, quand elle était petite, dans la ferme de sa grand-mère, à elle. Alors vous pensez, l'ordre et les traditions ça date pas d'hier…
 
Comment ça une petite vache c'est plus facile à garder et à ranger ?
 
On n'est pas une famille à avoir des petites vaches. Chez nous, Monsieur, les vaches ont toujours été de belles et grandes vaches, bien gardées de grand-mères en petites-filles depuis des générations.
 
C'est ma grand-mère qui était petite, vous suivez ce que je vous raconte ou quoi ?
 
Non.
 
Vous ne suivez pas. Ma grand-mère n'était pas petite, puisque c'était ma grand-mère… Oui, bien sûr elle a été petite quand elle était petite, mais quand elle était ma grand-mère, elle était forcément grande.
 
Non, elle a jamais été Miss France ma grand-mère.
 
Pourquoi ? Il faut être Miss France pour garder les vaches maintenant ?
 
Parce que j'ai dit grande et belle ?
 
Je parlais de la vache, pas de ma grand-mère.
 
Bien sûr que non quelle était pas petite et moche, ma grand-mère, elle était même très belle, d'ailleurs je lui ressemble.
 
Bon je récapitule, ma grand-mère était grande, elle était belle, elle était pas Miss France mais elle a gardé des vaches grandes et belles elles aussi, qui auraient pu avoir des prix de beauté, certes, mais dans des concours agricoles…
 
Ça y est… Vous suivez maintenant ? Il y a encore des questions ?
 
Est-ce qu'elle est passée à la télé ?
 
Ma grand-mère !
 
Vous rigolez, là… Vous pensez, la télé… quand ma grand-mère était petite, chez sa grand-mère à elle, dans les fermes, ils avaient pas les moyens de se payer une télé, ils savaient même pas que ça existait d'ailleurs… ce qui est logique… puisqu'ils l'avaient pas, la télé !
 
TF1 ?
 
Connais pas.
 
Puisque vous aimez les sigles, je vais vous dire, moi, ma grand-mère elle avait pas la télé mais elle écoutait la TSF… ça vous en bouche un coin, ça !
 
Et elle connaissait par cœur les chansons de Mireille et Jean Nohain, même que sa chanson préférée c'était "Couchés dans le foin".
 
Non c'était pas une grosse cochonne… là, vous le poussez… le cochonnet…
 
C'est vraiment incroyable ça, on vous dit quelque chose de pourtant simple et tout de suite, vous en faites des histoires et vous vous mettez à couper les cheveux en quatre.
 
Non, l'herbe ça ne se coupe pas en quatre…
 
Ah ! Bon, il y en a qui le font… dans leur maison de campagne… On voit bien qu'ils n'ont rien d'autre à faire et que c'est leur résidence secondaire…
 
Non, elle ne fumait pas d'herbe, non plus, pourquoi voulez-vous qu'elle fume de l'herbe ?
 
Parce que ça se fume l'herbe, maintenant ?
 
Au Parc de Princes ?
 
Mais c'était pas une princesse ma grand-mère puisqu'elle vivait dans une ferme, vous en avez déjà vu, vous, des princesses dans une ferme ?
 
Vous m'emmerdez avec votre télé réalité, puisque je vous dis que la télé ça fait pas partie de la tradition familiale.
 
Alors maintenant, compris, on arrête de divaguer et on remet les choses à leur place : les princesses avec les princesses, les miss avec les miss, les cochonnes avec les cochonnes, oui, même si elles sont princesses, les vaches avec les vaches et comme ça les assiettes et les torchons seront bien gardés.
 
Ça y est, c'est clair, vous arrêtez de me chercher la petite bête ?
 
Et après on s'étonne que j'aie l'humeur maussade, ce matin…
 
Heureusement, demain, ça ira mieux, puisque demain… c'est l'été.
 
Comment ça… c'est pas vrai ?
 
Parce que j'ai écrit dans la dernière lettre que c'était le printemps ?
 
Et bien oui, et alors ?
 
Dans la dernière lettre, c'était l'printemps, d'accord, mais dans la prochaine, quand vous la lirez, là, cette lettre-ci, et bien, dans la prochaine, ça sera quasiment l'été, c'est comme si c'était demain…
 
Et puis vous, qui regardez tellement la télé, vous devriez le savoir, que de toute façon, il n'y a plus de saisons, et que "la météo", ils se plantent une fois sur deux…
 
Oui, ça se plante, la météo, je vous assure mais ça ne pousse pas forcément… si on l'arrose…
 
…Et rose, elle a vécu ce que vivent les roses…
 
Ah ! Enfin, vous commencez à suivre… C'est pas trop tôt !
 
Donc, demain, pour moi, c'est l'été, et ça vaut mieux, parce que l'été, je ne sais pas pourquoi, mais je n'ai jamais l'humeur maussade…
 
D'ailleurs faut que je me dépêche de vite envoyer ce papier d'humeur à la rédaction, avant demain, car je trouve que ça aurait quand même été dommage, que je la garde pour moi tout seul, cette humeur maussade d'aujourd'hui !
 
Il y a des matins, comme ça, on ne sait pas pourquoi, on n'est pas dans son assiette…
 
Paris, le 28 avril 2004
 
Patrick Blanchard
 
SOMMAIRE
RIANTE ALSACE
 
C'est typical, isn't it ?
 
Qu'est ce que c'est beau l'Alsace et les poupées Barbie du coin.
 
PH 435
PH 463
PH 184
PH 301
© ERGON
L'Alsace
Vitrine d'Alsace
L'alsacienne
La poupée de porcelaine
    
SOMMAIRE
UN TOUR À L'EXPO
 
 
MARTIAN AYME
 
Martian Ayme est allé humer l'exposition Bazile-Manzoni sur les 90 boîtes de conserve Merda d'artista de Piero Manzoni (1933-1963), réalisées en 1961 et contenant 30 grammes de ses propres excréments, destinées à être vendues au prix de 30 grammes d’or au cours du jour de l'époque.
 
Les senteurs de l'Expo Bazile-Manzoni
Institut d'art contemporain de Villeurbanne du
29 janvier au 18 avril 2004

 
"C'est pas d'la crotte, mais c'est l'chien qui l'a faite !" disait mon père en certaines circonstances !
Avec une amie nous avons tenu à ne pas fuir, malgré nos "préjugés", cette exposition qui se veut importante.
Qu'avons-nous vu ?
 
Première salle (très propre), une quinzaine de photos de quidams tenant une petite boîte du bout des doigts et deux grands écrans plats avec deux personnages aux discours inaudibles (pourquoi en faire un plat ?).
 
Deuxième salle (très propre aussi, pas "caca" du tout), en son centre une vitrine cubique sur socle avec quatre boîtes (à peu près de la taille des boîtes de sauce tomate à l'italienne de 212 ml., mais en terriblement plus terne) ; environ 120.000,00 € sous nos yeux au cours actuel (document de l'Institut... dixit).
 
Troisième salle... non, quatre... espaces triangulaires (sonorisés en "cacaphonie"...) avec chacun un mur occupé par quatre grands écrans où péroraient ensemble les collectionneurs interviewés, les mêmes en même temps dans chaque espace, et pi et pi des sous-titres tronqués à droite et à gauche, et pi et pi bien peu de place dans la pointe opposée du triangle bien que nous étions les seuls à être là (et très vite las !), et pi et pi encore rien pour s'asseoir ("cacaphonie" et "cacavision" et rien pour s'asseoir, on se croyait à l'hypermarché un jour anniversaire, la foule en moins !).
 
Quatrième... non, c'était tout ! On est restés une bonne heure (parce que les bouseux à préjugés comme nous, quand ils vont "voir" une exposition, ils le font sérieusement. Nous avons demandé en partant si le texte des interviews (qui nous aurait permis peut-être d'aller plus au fond de la "chose") était disponible, réponse négative.
Nous avions les 6 pages (assez bien ficelées, et fort utiles d'ailleurs) de la fiche de présentation de l'exposition, nous avons dû nous en contenter. J'en tire un petit extrait qui me semble révélateur des ressorts (ou ficelles !) de l'exposition : un paragraphe intitulé "La valeur artistique" (reproduit ci-dessous) qui... qui fait partie de la conclusion.
 
 
"La valeur artistique
A part la sensation intime du spectateur et son rapport avec l'objet, l'œuvre est au centre d'une conversation entre un artiste, un galeriste et un critique d'art.
La valeur artistique de l'œuvre dépend de la force de la conviction des personnes impliquées dans la conversation. Le trajet de l'œuvre est très dépendant de cet échange. La valeur artistique de l'oeuvre se mesure - en dehors de tout marché - à la présence de cette œuvre dans diverses publications, à son exposition dans des lieux plus ou moins valorisants. Et donc l'exposant (publication, musée, galerie) devient un élément de la valeur artistique.
 
C'est le rassemblement de ces deux valeurs qui installe l'objet dans sa position d'œuvre dans la société."
 
 
Traduisons (égale trahison, comme chacun sait !) : l'art aujourd'hui met donc à part (à l'écart ?) le spectateur vulgum pecus (qui doit se contenter d'un "objet"), le centre est ailleurs, dans les échanges verbaux (verbeux ?) entre (puisqu'il y a spectateurs) organisateurs de "spectacles" (qui, eux, ont accès à "l'œuvre"). Curieuse façon de respecter le "spectateur" !
 
Et c'est bien ce que mon amie et moi avons ressenti : le discours cacophonique, les sous-titrages tronqués, les images multiples, le texte des interviews indisponible (sans commentaire !), tendaient de toutes leurs forces visuelles et auditives à nous mettre dans l'état second du consommateur idéal, aliéné et sans repères.
Et la notice, me direz-vous, c'est la seule chose tangible qui nous reste, et son discours nous laisse pantois, qui voudrait nous faire accroire qu'une œuvre d'art digne de ce nom est le seul résultat de l'application à n'importe quel objet de la seule formule miracle : OBJET LAMBDA ( VALEUR VÉNALE + FORCE DU DISCOURS ) = ŒUVRE D'ART.
Et puis, oser décréter insignifiante "...la sensation intime du spectateur..." c'est faire montre du mépris le plus absolu pour celui-ci, c'est vouloir l'infantiliser, et de quel droit ? Celui du maître sur l'esclave ? C'est ça l'avenir ?
 
Mon amie et moi avons bien "vu", et avec grand sérieux le son du discours nous avons écouté.
Et qu'avons-nous "senti" ? Rien au nez, rien au cœur !
"C'est bien d'la crotte, mais c'est pas l'chien qui l'a faite !"
 
Martian AYME (Lyon, 10 avril 2004)
 
SOMMAIRE
PREMIÈRE MONDIALE
 
Y'a d'la photo dans l'air
 
ESS 1
© VÉRONIQUE ESSELIN LICHTLÉ
Le photographe photographié
 
Contrairement à ce que laisse entendre le titre, ce n'est pas que de la photo qu'il y a dans l'air, c'est aussi une œuvre d'Ergon d'une collection privée qui flotte sur une salle à manger pour temps de canicule de la grand propriété d'une famille de riches collectionneurs d'art plus ou moins contemporain. Mais me direz-vous en quoi cette image est-elle une première mondiale. Eh ben c'est très simple, c'est la première fois que l'artiste photographiant son œuvre avec un appareil photo numérique, dont nous ne citerons pas la marque parce qu'ils ne nous ont pas donné de sous pour faire leur publicité, est photographié par un photographe*, en l'occurrence une photographe, dont nous ne citerons pas davantage la marque de l'appareil pour les mêmes raisons et ce d'autant plus qu'il s'agît d'un appareil de remplacement pour cause de réparation en cours d'un appareil défectueux, mais c'est également la première fois que vous avez l'opportunité de la voir sur la grande toile mondiale. Un grand moment d'histoire !
* forcément puisqu'il s'agit de photographie
 
SOMMAIRE
PREMIÈRE HORLOGE
 
La numéro 1
 
HOR 1
© ERGON
Il est environ 19 heures 25 minutes Docteur Schweitzer
 
Autre première mondiale, du millénaire précédent, mais première mondiale quand même. Oui vous avez bien vu, il s'agit de la première horloge alsacienne d'Ergon réalisée en 1993 pour un éminente collectionneuse d'horloges et de montres Ergon. Ce magnifique objet d'art a été réalisé en bois peint à l'acrylique avec un mouvement d'horlogerie à quartz fonctionnant avec une pile. Donc pas besoin de remonter la bête tous les jours, c'est beau le progrès.
 
SOMMAIRE
EXPO AU GARAGE
 
 
La 407 et l'habitant du 7
 
PH 649
PH 663
© ERGON
Les peintures des voitures et celles des cartons pur coton
 
Le Garage Édouard Jeker, concessionnaire Peugeot, 16 route de Roderen à F 68800 THANN, a présenté du 23 au 25 avril 2004, la nouvelle 407, ainsi que 7 œuvres d'Ergon, l'artiste habitant au 7 rue de Vendée mais à Vieux Thann ce qui lui a permis de venir à pied, peintures qui se reflétaient harmonieusement sur la laque des carrosseries du nouveau modèle de la grande famille Peugeot peintes tout récemment par de vrais professionnels de l'automobile.
À part les nouveaux modèles de voitures (donc si vous avez bien suivi jusqu'à présent, de quel numéro... 407, bravo vous êtes des bons), on pouvait également y voir quelques nouvelles sculptures de Richard CHAPPOY, dont la particularité est d'être peintes avec des laques pour 407, 406, 405, 404, 403,402, 401 et bientôt 1007.
Ce fut une bien belle exposition à la fois commerciale et artistique, avec buffet dînatoire mais uniquement le vendredi soir. Les artistes sont repartis contents, chacun au volant d'une 407 offerte par une riche famille de mécènes de Franche Comté.
 
PH 686
© RICHARD CHAPPOY
Détail d'une sculpture de Richard CHAPPOY
 
SOMMAIRE
AVIS DE RECHERCHE
 
 
Deux voitures ont disparu
 
La gendarmerie nous fait savoir que deux des nouveaux modèles de Peugeot 407 ont étés dérobés par deux individus se faisant passer pour des artistes de renom, présents lors du buffet dînatoire de la présentation des voitures au Garage Jeker de Thann.
Si vous avez des informations concernant ces individus un peu louches ou les deux voitures immatriculées 407 WWA 68800, veuillez nous le faire savoir, nous transmettrons.
 
SOMMAIRE
DES RONDS DANS L'ART
 
 
Thaug retrouve la boule
 
THR 271
THR 272
THR 273
© RAY THAUG
RE(1)FLET : L'âne et l'ami
RE(3)FLET : Le saint
RE(7)FLET : L'air gond
 
Ray Thaug, le reporter maintenant bien connu du monde de l'image numérique contemporaine, vient de nous faire parvenir quelques unes de ses récréations. Il vient de lancer une série de réalisations photographiques rondes sur fond de couleur jaune d'or intitulées "RE(1)FLET du jour". Nous vous présentons présentement trois de ses œuvres : ABSOLUMENT RE-MAR-QUABLE ! Quel fabuleux jaune ! Demandez un abonnement gratuit auprès de l'auteur : raythaug@wanadoo.fr
 
SOMMAIRE
L'EXPLOIT DU JOUR
 
 
BLA 86
© PATRICK BLANCHARD
La boite d'allumette d'art postal
 
Petit mais costaud
 
Patrick Blanchard a réussi, malgré le règlement de la poste qui interdit d'accepter les envois de dimensions inférieures à 9x14cm, à nous faire parvenir une boite d'allumette d'art postal de 1,8x1,9x5,7cm. Merci La Poste pour ce transfert hors normes et bravo Patrick pour cet exploit.
Nous aimerions signaler à la poste de Thann que nous ne sommes en rien responsables des envois hors normes qui nous parviennent. Si vous désirez connaître les adresses des expéditeurs nous sommes prêts à faire de la délation à condition que cela ne se sache pas.
 
SOMMAIRE
IMPRESSION LYONNAISE
 
 
TRUBLYON 3
© TRUBLYON
La couverture de Trublyon 3
 
TRUBLYON
Association Scratch-Papiers - TRUBLYON
BP 1039 - F 69201 LYON Cedex 01
Mel : redaction@trublyon.com - graffisme@trublyon.com - Site : http://www.trublyon.com
abonnement 15€ pour 4 numéros
 
Un trimestriel culturel de 64 pages réalisé par une équipe lyonnaise qui dans son numéro 3 donne la part belle aux féminités. Son contenu est assez fourni et il est graphiquement très agréable à feuilleter, au point que même les publicités insérées paraissent réalisées par la rédaction de la revue. À suivre.
 
SOMMAIRE
LE TUYAU DU MOIS
 
L'exposition virtuelle ergon-editeur
 
GOOGLE IMAGES
 
 
Comme vous êtes des petits curieux insatiables de savoir, vous avez certainement déjà eu envie de voir toutes les images du site ergon-editeur.fr d'un coup. Comment ça, non ? Bon dans ce cas c'est oui quand même, non mais !
Grâce à Google ou plus exactement Google Images c'est maintenant possible. Nous allons vous donner la marche à suivre pour admirer toutes les images que nous avons patiemment chargé sur la site pour le plaisir de vos yeux éblouis. C'est magique.
 
Il faut aller sur le site http://images.google.fr puis demander ergon4 pour voir s'afficher des images du site.

Pour les autres artistes présents sur le site ergon-editeur.fr la procédure est légèrement différente.
 
Vous devez d'abord vérifier le code de 3 lettres qui correspond aux images de l'artiste, code qui se trouve sur la page http://www.ergon4.fr/html/sommaires/tabledesmatieres.htm, puis aller sur le site http://images.google.fr et demander pour, par exemple Martian Ayme, tapez aym et ergon pour voir apparaître la plupart des vignettes des images de l'artiste recherché présentes sur le site ergon-editeur.fr. Il est à noter que certaines images sont mal attribuées par le moteur de recherche et que concernant ces erreurs il n'y a pas de remède miracle.
 
Exemples de codes : AYM (Martian Ayme) - POJ (Jean-Philippe Porcherot) - BLA (Patrick Blanchard) - PEG (Pégé)...
Il va de soi que l'on peut également voir les vignettes des artistes présents sur le site, tout simplement en allant sur leur page C.V. Pourquoi se compliquer la vie inutilement, sauf que les C.V. ne sont pas toujours à jour.
 
SOMMAIRE
CHRONIQUE T.V.
 
La ... célébrité !
 
C'est beau le progrès !
La télé, la télé soi-disant "réalité" surtout, c'est quand même quelque chose, pour la célébrité ça aide !
Il y a environ deux mois j'avais lu ou entendu, quelque part, qu'aux siècles passés il fallait d'abord faire ses preuves, et que c'était après les avoir faites que l'on pouvait devenir célèbre, alors que maintenant (mais c'était il y a déjà deux mois il est vrai), il fallait d'abord devenir célèbre, et que c'était ensuite que l'on faisait (éventuellement ?) ses preuves.
Il y a quelques jours on a fait mieux, maintenant on met des "déjà célébrités" (être ex de Y. suffit !), dans une ferme bidon toute neuve, où elles ne savent même pas quoi foutre ; on mix(t)e, on trait, on écrême ; pas d'élec. (ah bon, j'croyais !), mais des projos... pour la télé.
Et les vrais petits paysans qui rament pour survivre, comme ils ne sont pas sur le même bateau, "La ferme !" qu'on doit leur dire !

MORALITÉ : "Vaut mieux être célèbre et jean-foutre que paysan et va-t'faire foutre"

 
AnonYME lyonnais du XXIème siècle
 
SOMMAIRE
REMISE À NEUF
 
Le scan du cerveau d'un artiste contemporain
 
AYC 1
© COLETTE AYME
L'image médicale du cerveau d'un génie de la peinture contemporaine
 
Grâce à Madame Colette, familière d'un artiste très connu sur la place de Lyon, nous avons pu avoir en exclusivité l'image faite au scanner du cerveau d'un créateur de génie. En effet, Madame Colette ayant remarqué une baisse de régime dans la production artistique de son proche parent, a réussi à traîner l'artiste au CHU le plus proche afin de lui faire passer un contrôle technique décennal. À cette occasion, il a été découvert un évident encrassement des rouages du cerveau du peintre par manque d'entretien régulier du noble organe. Mais chers lecteurs et collectionneurs, rassurez-vous, l'artiste lyonnais de génie est sauvé, le cerveau ayant été entièrement remis à neuf par un garagiste de talent de Saint-Martin-en-Haut, qui a fait un démontage et remontage complet du mécanisme de la pensée du patient. Le peintre est actuellement en convalescence à la montagne, ce qui ne vous empêche nullement de lui passer commande de nouvelles œuvres, encore plus éblouissantes que les précédentes, qui ne sauraient tarder à sortir de son cerveau remis à neuf pour quelques lustres des plus rayonnants.
 
SOMMAIRE
TEILGEAN VEICTEOIREACH
 
 
MARTIAN AYME
 
Le Dublin à Martian
 
AYM 36
© MARTIAN AYME
Lumière sur la ville
La dédicace : To all the artists who find it more and more difficult to survive in our blasting world...
 
A ERGON, a chara, I Lyon (France) tá Martian AYME díreach tar éis dearadh solais a dhéanamh duit sa spéir os cionn Bhaile Átha Cliath, in Éirinn. Tá sé tar éis é seo a dhéanamh tríd an obair ealaíne an "Teilgean Veicteoireach" ag http://www.dublinelevation.net. Is 9121 cód aitheantais an dearaidh agus féadfaidh tú an dearadh a fheiceáil ach dul isteach ar an leathanach gréasáin seo a leanas: http://www4.alzado.net/pages/iD9121.html
 
Vous n'avez pas compris, moi non plus. Passons donc à la version anglaise :
 
Dear ERGON, Martian AYME in Lyon (France) has just made a light design for you in the sky of Dublin, Ireland, through the "Vectorial Elevation" artwork at http://www.dublinelevation.net. The design's ID code is 9121 and you can see the design by visiting the following webpage: http://www4.alzado.net/pages/eD9121.html
 
Vous n'avez toujours pas compris, là vous le faites exprès, rien que pour embêter le rédacteur en chef qui va être obligé de traduire le texte en français. Eh bien c'est une fois de plus le Martian, vous savez l'artiste lyonnais bien connu qui s'est récemment fait faire un contrôle technique pour pouvoir être encore plus lumineux qu'avant, qui éclaire de son génie la ville de Dublin, comme naguère il le fit si bien avec sa bonne ville de Lyon. On ne pourra pas dire qu'il n'a pas de suite dans les idées, l'homme de la patrie des frères Lumière.
Pour tout connaître sur l'intervention de l'artiste allez sur http://www4.alzado.net/pages/eD9121.html
 
SOMMAIRE
PUB À L'ŒIL
 
CARTES GRATUITES D'UN JOUR
 
CAC 4
CAC 5
CAP 23
CAP 24
CAP 25
© FRAC LORRAINE
© GÉRARD PLÉNACOSTE
© PHOTOALTO
© FRANÇOIS PLACE
© DIM
L'atterrissage
Napoléon et la mer
Au vert en TGV
Fête du livre jeunesse
La sortie en Dim
         
SOMMAIRE
LA MÉMOIRE RETROUVÉE
 
Le passé décomposé de Ray Thaug (suite sans fin)
 
RAY THAUG
 
 
Nous avons demandé à notre cher collaborateur Ray THAUG, de nous faire sa biographie, mais suite à un accident survenu il y a quelques années, il a presque entièrement perdu le souvenir de son passé. Si vous savez quelque chose de/sur lui, envoyez nous l'information afin de combler les blancs de sa vie aussi passionnante que tumultueuse. N'oubliez pas, dans la mesure du possible de dater le souvenir. Merci d'avance.

Du nouveau sur Ray
 
Le dépouillement des documents trouvés sur Ray, pas SUR lui, bien sûr, ni sous lui d'ailleurs, mais bien ailleurs, là où l'on ne pouvait les attendre, puisqu'ils y étaient déjà, est tant si tant tellement plus difficultueux que prévu que nous avons pris, dans leur transcription, un retard logiquement proportionnel à la mauvaise volonté qu'ils affichent sur les murs murés de leurs illisibles surfaces.
 
Rien de nouveau, hélas, sous le soleil de Ray...on en est tout pâle, normal puisqu'on sort à peine de l'hiver-nage et qu'on ne peut pas encore piquer une tête dans la piscine au premier rayon de soleil (encore faudrait-il qu'il y eût des têtes dans les piscines pour que l'on pût les piquer !). Rien de nouveau quant aux murmures sonorement virtuels susurrés par les documents écrits, palimpsestes et paperolles que nous sommes en train d'étudier, mais... dans les mois qui viennent de s'écouler nous avons obtenu un autre, différent et inespéré, autant que prodigieux document, (nous étions depuis le début sur une piste dont nous ne vous avions pas parlé tant la probabilité de l'improbabilité qu'elle menât quelque part était prodigieusement infinie ; une indiscrétion accidentelle mais définitive nous a finalement mené à l'enregistrement miraculeusement conservé de la caméra de surveillance de la salle d'accouchement au jour mythique de la Ray-naissance).
 
Miraculeusement conservé, oui, mais dans quel état ! Au point que nous pûmes penser qu'elle (pas l'enregistrement, la bande, pour respecter la grammaire), ne parlerait plus ni ne nous livrerait la moindre image. La bande en boîte était déboîtée de sa boîte de protection semiséculaire, aplatie qu'elle était la boîte, elle-même écrasée en miettes, pas de pain, mais bien comme si elle en avait reçu (elle a été retrouvée dans un étrangement bourbeux cimetière d'éléphants de porcelaine) ; elle formait un nœud pas papillon du tout mais chignon de belle-mère en pétard qui se serait pété la fiole dans la gadoue d'un marécage bouseux, puant, féti...de puanteur, pendant la canicule, et débordait en tous sens de ses restes méconnaissables jusqu'au trognon, éparpillés sur plusieurs piètres mètres carrés ; elle s'éployait fine et plate sur le sol, sous un nuage agaçant de mouches enquiquinantes et pas fines du tout, torturée, tordue, dilacérée dans tous les sens d'un vaste embrouillamini si maxi merdique, qu'un taxidermiste n'y aurait pas retrouvé ni ses petits, ni ses gants , ni un accoucheur ses enfants à naître.
 
La fine et plate bande torturée, dûment récupérée au prix des Forts Intenses, propriétaires du terrain, bien que celui-ci ne fût ni propre ni à terre puisqu'il était de boue (pas debout, on n'a jamais vu de boue debout, la boue ça s'étale de bout en bout, comme la confiture et la culture, surtout pour cette dernière lorsqu'elle est officielle, con, tampon et reine). Nous avons cherché un laboratoire capable de la faire manger, pour la restaurer évidemment ; nous avons prié ce lab. oratoire de faire des miracles, et, comme il a fesses et miracles il a pu sauver ce qu'il a sauvé : quelques images très dégradées en noir et blanc dont nous vous présentons la plus fascinante (colorisation due à une dégradation insensée de la couche sensible originelle, et léger flou dû à la diffusion spatio-temporelle aléatoire des pigments dégradés qui la composent maintenant).
 
AYM 35
 
On y voit le docteur F.A.C., gynécologue accoucheur qui eut la tout particulièrement considérable tâche de présider à la délivrance de la gésinante madame THAUG, mère de Ray, brandir le petit Ray au dessus de sa tête (qui n'est, ni ne nait, ou naquit, dans aucune piscine) comme pour le présenter au peuple, ou parce qu'il est fou de joie d'en avoir fini et de pouvoir aller piquer une tête autre que la sienne dans cette même piscine, ou dans une autre..., ou pour lui faire peur et pousser son premier cri (méthode à l'époque à la pointe du dernier cri du progrès), ou pour toute autre raison qu'il vous plaira.
On ne distingue que lui, tous les seconds plans sont bouchés malheureusement (ils auraient pu nous apporter de fort précieux renseignements y eussions-nous trouvé le portrait de la parturiente, la présence de son géniteur et, génit-heure aidant, confirmation de l'heure de l'événement sur une comtoise qui aurait pu passer par là) ; au passage, de mauvais esprits pourraient faire observer que lui a un peu l'air d'un boucher, mais comme il n'a pas de tablier il ne peut y avoir de confusion !
Tout le monde aura remarqué que le père guette-au-trou (ah la langue populaire a de ces formules imagées !) est torse nu et un peu plus, nous avons maintenant la preuve que Ray est né non seulement un 11 novembre à 23h59, comme nous l'avions prouvé il y a presque un an, mais un 11 novembre de canicule à la même heure.
 
La Ray-naissance a vraiment-t'été (têter, Ray ne l'a pas fait ce jour-là qu'était trop tard et plus l'été, mais le l'an-demain qu'été la même année le jour d'après, 12 novembre, jour Ô combien importantissime, selon Freud, de sa première tétée) un moment exceptionnellement chaleureux de... chaleur humaine, et accessoirement... climatique !
 
Si seulement nous savions de quelle année il s'agissait nous pourrions proposer à La Poste d'émettre un timbre commémoratif decannuel (ou même quinquannuel, pour le lustre de l'opération) intelligent pour son anniversaire, puisqu'il lui est arrivé, ayant-t'été (pas têté et pas en été puisque c'était encore l'hiver) assez récemment en panne d'idées, d'honorer des animaux même pas réels inventés par un pas ci-devant sieur Dit Niais, pas ci-devant du tout, mais alors pas du tout du tout ! En revanche, nous connaissons le jour (et l'heure aussi), oserons-nous lui soumettre la possibilité d'émettre un timbre commémoratif journalier, ou même, pourquoi pas... Mais peut-être considérera-t'elle que c'est trop lui demander et nous sortira-t'elle manu militari : " C'est pas marqué La Poste ! "
 
Document envoyé par
AnonYME (lyonnais du XXIe siècle ?)
 
SOMMAIRE
ART POSTAL
 
 
ENVELOPPE DÉCORÉE SUR VOTRE ENTRÉE EN RÉSISTANCE - Pas de mots d'ordre ! Pas de thème centralisateur ! Tous formats et techniques acceptés - Ni jury, ni selection - Toute les œuvres seront exposées (Festival Résistance à Foix - Les chemins de la découverte d'Attac à Uzeste - Les universités d'été d'Attac à Arles...) - Date limite d'envoi 15 juin 2004
Adresse : Sabine JAUFFRET - La Vigarié - F 81340 SAINT CIRGUE - Site http://france.attac.org

LA MAISON DE VOS RÊVES - Projets d'art postal - Format 10x15cm - Date limite 15 juin 2004
Adresse : Comune di Brescia - Setore Interventi Speciali sul Teritorio - Via G. Marconi, 12 - I 25128 BRESCIA - Site comune.brescia.it/impressioni
 
SOMMAIRE
LA CARTE POSTALE ANCIENNE DU MOIS
(carte postale du XXe siècle)
 
CP 1186
  CP 1186 - CARTE POSTALE N°1, INAUGURATION DE LA MÉDIATHÈQUE DE CERNAY
  © MÉDIATHÈQUE DE CERNAY - DIDIER CLAD
  Carte postale éditée par la Mairie de Cernay à 300 exemplaires signés et numérotés de 1/300 à 300/300, en sérigraphie noire rehaussée à l'acrylique sur carton pur coton, format 10,5x15cm . 12 variantes dans le tirage. Dessin Didier CLAD - couleurs ERGON
  

Carte offerte aux visiteurs le jour de l'inauguration de la médiathèque de Cernay.

CP 1186 (ref Ergon)
  
voir DIDIER CLAD
SOMMAIRE
LE CHOIX DES LECTEURS
(cartes du XXIe siècle et autres)
 
PEG 81
 PEG81 - LE MUSICIEN
 © PÉGÉ
 Carte postale en quadrichromie numérique format 10,5x15cm, envoyée par l'auteur en personne.
 Manque plus que le son.
PEG81 (réf Ergon)
 
voir PÉGÉ
 
POJ 12
 POJ12 - POISSON ROUGE
 © JEAN PHILIPPE PORCHEROT
 Carte postale découpée, éditée par l'artiste au format 7x16cm.
 Merci pour ce poisson d'avril 2004.
POJ12 (réf Ergon)
 
voir JEAN PHILIPPE PORCHEROT
 
ACE 1
 ACE1 - ATELIERS OUVERTS
 ©
 Carte postale éditée par l'association en offset au format 10x15cm.
 Même sous les cieux de l'Alsace, du Bade et de la Lorraine, on ouvre les ateliers d'art les 8/9 et 15/16 mai 2004. C'est fou ce qu'il y a comme artistes dans la société des loisirs.
ACE1 (réf Ergon)
 
voir ACECA
 
NUC 1
 NUC1 - RECEVEZ UN NUMÉRO GRATUIT DE NUMISMATIQUE ET CHANGE
 © NUMISMATIQUE ET CHANGE
 Carte postale publicitaire éditée par la revue en quadrichromie offset au format 10x15cm.
 Pour les collectionneurs qui aiment les sous qui valent plus cher vieux que neufs.
NUC1 (réf Ergon)
 
voir NUMISMATIQUE ET CHANGE
 
KER 21
 KER21 - LES NAINS DE JARDIN MUSICIENS
 © Yvon KERVINIO
 Carte postale en quadrichromie éditée à 60 exemplaires par l'artiste au format 10x15cm.
 la musique des nains adoucit les mœurs des jardiniers.
KER21 (réf Ergon)
 
voir YVON KERVINIO
 
KER 22
 KER22 - MARYLIN
 © Yvon KERVINIO
 Carte postale en quadrichromie éditée à 60 exemplaires par l'artiste au format 10x15cm.
 Une variation dans une vitrine, Marylin pas morte.
KER22 (réf Ergon)
 
voir YVON KERVINIO
 
GAM 7
 GAM7 - CARTE MÉTÉOROLOGIQUE - PRÉVISIONS 2004-2010
 © JEAN GAMBA
 Carte postale pièce unique réalisée par l'artiste au format 12x17cm.
 Météo du 1er avril très rassurante, l'Alsace en bleu jusqu'en 2010, chic !
GAM7 (réf Ergon)
 
voir JEAN GAMBA
 
AJU 1
 AJU1 - ANTIBES
 © MIGUEL AJURIA - ÉDITIONS GILLETTA CARTERIE
 Carte postale éditée en quadrichromie offset au format 10x15cm.
 Carte postale envoyée par Patrick Blanchard, l'illustrateur antibois très connu, qui nous dit qu'il y a toujours un peu de mimosa. Sur cette carte il y en a même beaucoup.
AJU1 (réf Ergon)
 
voir ÉDITIONS GILLETA CARTERIE
SOMMAIRE
 
Nous signalons aux illustrateurs de talent que des jeux cartophiles fonctionnent actuellement dans le cadre d'Ergon Éditeur (CP 1258 - CP 1259 - CP 1265 - CP 1266 - CP 1270 - CP 1271 - CP 1272 - CP 1273 - Jeu2002).
 
CP 1265-A167
CP 1265-R168
CP 1265-A168
CP 1265-R169
CP 1265-A169
         
CP 1265-A167
CP 1265-R168
CP 1265-A168
CP 1265-R169
CP 1265-A169
© TILO RAUSCH
© ERGON
© ZENON
© ERGON
© MARTIAN AYME
 
SOMMAIRE
LES MELS D'ERGON
 
LA PHOTO DU JOUR
Le principe : une photographie numérique réalisée par Ergon au format carré. Mel à parution irrégulière, contrairement à ce que laisserait entendre le nom.

LA CARTE POSTALE DU JOUR
Le principe : une carte postale réalisée par Ergon sur un carton pur coton format 12x17cm (CP 1460), dont l'image numérique vous est envoyée sous forme de mel. Mel à parution irrégulière, contrairement à ce que laisserait entendre le nom.

Comme nous ne voulons pas encombrer vos boîtes à lettres électroniques avec des courriers non désirés, l'envoi systématique de LA PHOTO DU JOUR et/ou de LA CARTE POSTALE DU JOUR ne se fera que sur demande d'abonnement gratuit à l'adresse ergon@ergon4.fr
 
SOMMAIRE
LE CÉDÉROM ERGON
Pour visualiser les vignettes des pochettes de cédéroms de la série CP 1300, cliquez sur le carré rouge. vous serez connecté à la page correspondante du site ergon-editeur.fr - les pochettes suivies d'un carré rouge ne sont plus disponibles .
VIGNETTES DES POCHETTES CP 1300
En cas de commande n'oubliez pas de me faire parvenir vos adresses postale et électronique.
CP 1300
CP 1300-81
CP 1300
 
Le CD-Rom ERGON À JOUR (556 Mo en HTML - pour PC uniquement) EST DISPONIBLE EN VERSION D'ART POSTAL ET VERSION DE BASE.

CP 1300 VERSION D'ART POSTAL, signée et numérotée, avec dessin original : CD-ROM (PC ou MAC) CARTE POSTALE DE COLLECTION DU SITE À JOUR CARTOLISTE (EXCEL, PC uniquement), INSÉRÉ DANS UNE POCHETTE PIÈCE UNIQUE, SIGNÉE ET NUMÉROTÉE.

 
SOMMAIRE
®.gon.30
 
si vous ne désirez plus recevoir LE MEL D'ERGON qui annonce la parution de cette lettre, si vous avez des informations à communiquer concernant le sujet de cette lettre, veuillez écrire à la rédaction par courrier postal ou électronique. Les anciens numéros sont disponibles sur le cédérom et le site internet.
 
ERGON - 7 rue de Vendée - F 68800 VIEUX THANN - Tél. : 00.33.(0)3.89.37.25.74
 
site
 
ASCENSEUR